Et Poutine roula Macron dans la farine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Et Poutine roula Macron dans la farine
©Sergei Savostyanov / SPUTNIK / AFP

C’est niet !

Et Poutine roula Macron dans la farine

Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours (russe) avant…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le président de la République était revenu fier et content de son entretien avec le chef du Kremlin. Il annonça triomphalement qu’il avait obtenu un sommet Poutine – Biden. Et que donc la guerre d’Ukraine n’aurait pas lieu.

Jamais avare d’une flagornerie, Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, s’empressa de saluer les efforts inlassables et fructueux du chef de l’Etat. A deux mois du premier tour de la présidentielle, Macron faiseur de paix, c’était bon et même très bon…

Mais dans cette affaire, le maître des horloges, c’est Poutine. Et il n’en a rien à f… d’une éventuelle réélection de Macron. C’est pourquoi il vient de faire tomber le chef de l’Etat du piédestal sur lequel il s’était juché lui-même. « Il est prématuré de parler d’un sommet Poutine – Biden », fit-il méchamment savoir.

Et il précisa, toujours aussi méchamment, que les ministres des Affaires étrangères américain et russe se voyaient régulièrement et que c’était bien suffisant pour le moment.

Puis il devint carrément odieux en ajoutant que lui-même et Biden se parlaient régulièrement au téléphone. Sous-entendu ils n’avaient nul besoin d’un petit télégraphiste.

Macron n’est décidément pas convié à jouer dans la cour des grands. Il a été renvoyé dans son bac à sable. Le président de la République aurait dû se souvenir d’un célèbre proverbe : « quand on veut dîner avec le diable, il faut se munir d’une longue cuillère ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !