Et paf dans le pif du modèle allemand : si l’Allemagne avait la démographie de la France, elle serait à 11% de chômage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Et paf dans le pif du modèle allemand : si l’Allemagne avait la démographie de la France, elle serait à 11% de chômage
©Reuters

Dent pour dent

Et paf dans le pif du modèle allemand : si l’Allemagne avait la démographie de la France, elle serait à 11% de chômage

Il ne fait plus aucun doute, pour personne, que l’économie allemande est supérieure à celle de la France. Il n’y a qu’à regarder les chiffres du chômage pour s’en rendre compte. Alors que l’Allemagne est en situation proche du plein emploi avec 5.1% de sa population active au chômage, la France navigue dans des eaux plus troubles, avec un taux de chômage de 10.2%. C’est-à-dire le double. Tout simplement.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann

 

Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.

Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

 

Voir la bio »

ces chiffres ne suffisent pas à comprendre la dynamique sous-jacente. Il reste à déterminer les raisons du décalage existant entre les deux pays et à chercher les causes ayant permis à l’Allemagne de faire baisser son taux de chômage.

En prenant en compte les données depuis 1991, c’est-à-dire les statistiques post-réunification allemande, la période devient suffisamment longue pour être représentative. Et le constat est clair, en dehors de la courte éclaircie comprise entre 2002 et 2008, le taux de chômage français, au sens du Bureau International du travail a durablement été plus élevé :

 

Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Pourtant, dans la construction du taux de chômage, plusieurs variables sont à l’œuvre pour permettre un mouvement. D’une part, l’évolution de la population active, et d’autre part la dynamique entre création d’emplois et nombre de personnes au chômage. Ce sont ces trois données prises ensemble qui sont susceptibles de faire varier le taux de chômage. Il est alors nécessaire d’aller dans le détail pour connaître les causes du mouvement.

La première variable est la population active. Entre 1991 et 2013, selon l’institut officiel de statistiques allemande, Destatis, la population active allemande est passée de 41.01 millions à 44.496 millions de personnes. Le solde atteint ainsi un total de 3.486 millions de personnes soit une progression de la population active de 8.5% entre 1991 et 2013.

Concernant la France métropolitaine, la population active (données INSEE) est passée de 24.813 millions au 1er trimestre 1991 à 28.701 à ce jour, pour un solde de 3,888 millions de personnes. C’est à dire une progression de 15.67%.

La seconde variable à prendre en compte est la création d’emplois. Entre les deux périodes, l’Allemagne est passé de 38.851 millions d’emplois en 1991 (salariés et non-salariés) à un total de 42.226 millions en 2013. La création nette est ainsi de 3.375 millions d’emplois soit une hausse de 8.68%.

Du côté français, et toujours selon les données INSEE, le total des emplois salariés et non-salariés était de 23.206 millions en 1991 et de 26 366 millions en 2013, pour un solde de 3.160 millions d’emplois. Soit une progression de 13.62%, c’est-à-dire plus de 5 points de plus que le voisin d’outre-Rhin.

Le bilan a de quoi surprendre. Au cours de ces 23 dernières années, la France a créé presque autant d’emplois que l’Allemagne tout en ayant une population bien moins importante. En relatif, l’avantage est clairement en faveur de la France. De la même façon, la population active française a progressé bien plus rapidement que la population active allemande.

Il reste à comparer « effectivement » les chiffres en relatif. En considérant la capacité de créer des emplois comme étant LA variable « clé » de la baisse du chômage, c’est-à-dire celle dépendant des capacités économiques du pays, cette comparaison devient possible. Il suffit d’appliquer la progression de la population active de la France à l’Allemagne tout en lui conservant ses propres chiffres de création d’emplois. Et inversement.

Le résultat est saisissant. Si la population active allemande avait progressé de 15.67% (comme la France) elle serait aujourd’hui de 47,436 millions. En prenant une création d’emplois identique le nombre de personnes employées est donc toujours de 42.226 millions. Le solde représente le nombre de chômeurs, soit 5.210 millions ou 11% de la population active allemande. C’est-à-dire plus que la France d’aujourd’hui puisque le taux est de 10.2%. En faisant le raisonnement inverse, c’est-à-dire en appliquant la croissance de la population active allemande à la France tout en conservant les emplois créés par la France, le taux de chômage français retombe à 2.1%.

Il reste possible d’avancer que ce sont les mini jobs, la flexibilité, l’absence de salaire minimum etc… c’est-à-dire toutes les « techniques » utilisées par le pays pour faire baisser son chômage qui sont à l’origine du succès du modèle allemand. Il n’en reste pas moins que la principale cause de la baisse de chômage en Allemagne, relativement à la France, est sa démographie. Le « modèle » allemand, quel modèle ?

Ces chiffres ne traduisent qu’une seule chose. La France a simplement besoin de plus de croissance que l’Allemagne pour permettre une baisse de son taux de chômage. C’est-à-dire que son potentiel de croissance est plus important. Et plus ce potentiel est ignoré, plus le chômage français continuera d’augmenter.

 

 

A lire également, le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.


 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !