Et le secret pour réduire les risques de morts instantanées par arrêt cardiaque est... à la portée de tous | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Et le secret pour réduire les risques de morts instantanées par arrêt cardiaque est... à la portée de tous
©Frank PERRY / AFP

Mangez, bougez

Et le secret pour réduire les risques de morts instantanées par arrêt cardiaque est... à la portée de tous

Une étude parue dans le European Journal of Preventive Cardiology, fait le lien entre exercice physique et mort subite à la suite d’un arrêt cardiaque.

Jean-Claude Chatard

Jean-Claude Chatard

Jean-Claude Chatard est Maitre de Conférences Emérite – Praticien Hospitalier à la Faculté de Médecine et CHU de St-Etienne. 

Voir la bio »

Quelles sont les conclusions de cette étude ? Ces conclusions sont-elles surprenantes ? étaient-elles déjà connues ?

Il y a un « piège » dans cette étude car on étudie des gens qui ont fait un infarctus, ce qui est une catégorie spéciale. Car lorsqu’on lie habituellement infarctus et exercice physique, c’est pour dire que cela protège de l’infarctus. Le message le plus important c’est que quelqu’un qui fait de l’exercice, du sport a deux fois moins de chance que les autres de faire un infarctus. C’est acté. Toute personne qui fait du sport réduit ses chances d’avoir un infarctus par deux, c’est énorme et ça économise un argent fou. Dans cette étude on parle de quelqu’un que ça n’a pas protégé. Souvent les gens qui font un infarctus ont bouché leurs coronaires pour des raisons x ou y, souvent le diabète, le cholestérol, le stress au travail et le tabac loin devant. Là, cette étude conclut que les gens qui font un infarctus sont moins victime de mort subite (immédiatement ou dans les 28 jours) s’ils font du sport de manière modérée ou élevée. Ils ont 33 à 45 % de risque en moins de mourir. Ils n’expliquent pas pourquoi mais on peut émettre des hypothèses. Selon moi, un sportif à l’habitude de forcer, ses artères aussi donc il ne fait pas d’infarctus ou bien il y résiste mieux. Mais il ne faut pas oublier qu’un effort intense sans en avoir l’habitude peut augmenter les chances d’avoir un infarctus. Il y a des signes avant-coureurs de l’arrêt cardiaque en lien avec l’exercice physique : le malaise, la fatigue excessive, la douleur thoracique et l’essoufflement. A moins de 35 ans, la mort subite à des origines génétiques, ce sont des gènes qui s’expriment. C’est typiquement le cas de la cardiomyopathie hypertrophique.

Lorsque le Dr Hansen conclut qu’il existe de nombreuses façons d'être physiquement actif à peu ou pas de frais, comment transformer cette conclusion en application ?

Le plus important conseil qu’on peut donner aux gens c’est de trouver une activité physique qui leur fait plaisir. Il est indispensable d’être heureux quand on fait du sport et ne pas le faire par devoir, ça permet de l’incorporer dans sa vie. Ce qui peut aider à s’y tenir c’est de sociabiliser par le sport. Ensuite, la dose de sport conseillée par l’OMS c’est 30 minutes par jour, trois heures par semaine. Mais l’effet dose est proportionnel de 0 à 1 h. Dès dix minutes, il va y avoir un effet. C’est acté jusqu’à une heure par jour d’exercice physique. L’activité physique c’est un peu en dessous. Au-delà d’une heure c’est un peu plus difficile à étudier car des cohortes qui font plus d’une heure de sport par jour ce n’est pas évident à trouver. Mais une étude faite à Saint-Etienne semble indiquer qu’augmenter l’intensité provoque un effet positif. D’autres disent que cela provoquerait plutôt un plateau et qu’il y aurait même un effet de réduction des bienfaits au-delà d’une heure et demie. Faire du sport à intensité faible permet de se rééduquer lorsqu’on est malade, qu’on a les artères bouchées. Une intensité forte peut être très dangereuse. Toutefois, il ne faut pas oublier que 50 à 60 % seulement font du sport régulièrement. Et le confinement a d’ailleurs été une catastrophe à cet égard. Le sport fait du bien dans la plupart des situations, concernant l’infarctus il faut aussi se demander si on a des facteurs de risques qui peuvent le rendre nécessaire. Si vous avez un problème de cœur, les sports indiqués sont ceux où l’on respire : vélo, natation, course à pied, etc. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !