Élémentaire, mon cher Watson : 9 conseils pour réfléchir comme Sherlock Holmes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Comment penser comme Sherlock Holmes ?
Comment penser comme Sherlock Holmes ?
©Reuters

Elucidé

Élémentaire, mon cher Watson : 9 conseils pour réfléchir comme Sherlock Holmes

Afin de trouver une solution à une question existentielle, un choix de vie ou un problème du quotidien, il existe des astuces intuitives auxquelles vous pouvez vous fier pour vous aider à déduire comme le célèbre détective britannique.

Il a su élucider les plus grands mystères. Sherlock Holmes, l'homme pour qui l'esprit doit être constamment en éveil, continue de fasciner, et pour cause : si, pour lui, la logique et l'intuition ont toujours été les éléments-clés pour résoudre une énigme, il s'avère que des astuces plus simples peuvent bouleverser notre façon de penser.

Comment penser comme Sherlock Holmes, un ouvrage écrit par Maria Konnikova, nous explique les grandes lignes du fameux fonctionnement psychique de l'enquêteur. Une méthode de pensée qui peut être applicable au quotidien et utilisée par tous.

Sherlock Holmes Atlantico

1) Faire attention aux détails

Lorsque Holmes rencontre le docteur Waston pour la première fois, il devine très rapidement que ce dernier revient d'un séjour en Afghanistan. Une supposition réalisée en fonction de son apparence : le docteur a l'air malade, il a été blessé et il a la peau bronzée. La méthode Konnikova nous propose ici de passer par l'observation détaillée et précise pour ensuite en arriver à la déduction.

Sherlock Holmes Atlantico

2) Ne pas passer à côté de l'essentiel

Quand Sherlock Holmes ironise et affirme que trouver la solution d'une énigme est plutôt "simple", il veut en fait souligner le fait qu'il ne faut pas s'éterniser sur les détails superficiels d'un problème. Au contraire, il faut aller à l'essentiel et se contenter simplement des faits. Comme dirait le détective, "avant d'aborder les aspects moraux et psychologiques d'une affaire, qui présentent les plus grandes complexités, laissez l'enquêteur commencer par élucider des problèmes plus élémentaires".

3) Utiliser tous ses sens

L'attention n'est pas seulement visuelle : d'après la méthode Konnikova, il ne faut surtout pas négliger nos sens multiples. Au contraire, il faut y faire attention car, souvent, ils influencent nos décisions au quotidien. La méthode nous propose de faire le test : faire une promenade en regardant avec attention tout ce qui nous entoure, des couleurs aux bruits, des odeurs aux sensations. Résultat : nos souvenirs seront bien plus intacts que si nous laissions notre esprit s'égarer. L'ouvrage cite des études ayant déjà prouvé que les souvenirs associés à l'odeur sont les plus vifs et les plus aptes à rester gravés dans notre mémoire.

Sherlock Holmes Atlantico

4) Etre "activement passif" lorsque vous parlez à quelqu'un

Lorsque Sherlock Holmes discute avec quelqu'un, il n'est pas penché sur son iPhone (et pour cause...) comme nous pouvons l'être la plupart du temps. Lorsque nous écoutons quelqu'un parler, nous ne l'entendons pas complètement. La méthode Konnikova nous conseille de ne pas seulement écouter les mots prononcés par l'orateur mais de rester attentif à d'autres facteurs, comme l'expression de son visage afin de saisir toutes les informations dégagées par la personne. "En tant qu'observateurs passifs, nous ne faisons rien d'autre que de se concentrer sur notre observation".

5) Prendre du recul sur la situation  

Quand le célèbre détective fait face à une énigme particulièrement difficile, il passe son temps à jouer du violon ou à fumer sa pipe. D'après l'auteur de l'ouvrage qui se base sur des recherches scientifiques, fumer la pipe est un exemple typique de prise de distance par rapport à une situation compliquée. L'activité de jouer du violon, de dessiner ou de fumer est un moyen pour Sherlock Holmes de prendre du recul sur une affaire et, surtout, d'organiser sa pensée.

Sherlock Holmes Atlantico

6) Dire sa pensée haut et fort

D'après la méthode Konnikova, dire les choses à haute voix conduit à la réflexion la plus pertinente : "Il n'y a rien de tel pour éclaircir un problème que d'en parler à une autre personne", explique-t-on dans le livre. "Cela nous oblige à être vigilant et à considérer chaque prémisse de façon logique et de ralentir notre pensée". Autrement dit, si jamais vous avez envie de vous lancer dans un projet un peu risqué, plutôt que de garder ça pour vous, n'hésitez pas à en parler à quelqu'un.

7) S'adapter à toute situation

L'enquêteur anglais sait adapter son flair et son attitude à toute situation. Lorsqu'il se retrouve face à une personne qui pourrait être une source d'information essentielle, il fait attention à ne pas la juger de façon hâtive. Nous devons nous rappeler que notre système de pensée est très subjectif et qu'à cause de ce dernier, il faut rester sur ses gardes : observer attentivement et remettre les choses en question dans toute situation est l'une des clés.

Sherlock Holmes Atlantico

8) Trouver le calme

Il est important de s'accorder des pauses de temps en temps. Réfléchir sans arrêt à des solutions aux problèmes peut être nuisible pour la mémoire et l'attention. Selon la méthode de pensée que préconise Maria Konnikova, il faut prendre le temps de se retrouver seul avec soi-même, d'abord pour prendre de la distance par rapport à une situation, puis de reposer son esprit. Cela peut passer par la méditation ou par un séjour dans un endroit éveillant des souvenirs dont nous avons besoin pour mieux réfléchir.

9) Gérer son énergie

Sherlock Holmes savait mieux que personne comment éviter la fatigue quotidienne de la mi-journée : d'après lui, il ne faut pas perdre son énergie... à digérer notre repas du midi. Voila ce que le détective répond au docteur Waston qui est affamé : "les facultés s'améliorent lorsque vous les mendiez… mon cher Watson, vous devez certainement admettre que ce que votre digestion gagne au niveau des bénéfices sanguins est perdu dans le cerveau. Je suis un cerveau, Watson. Ce qu'il reste de moi est un simple appendice. Par conséquent, c'est le cerveau que je dois considérer". 

Sherlock Holmes Atlantico

Lu sur businessinsider.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !