Dis-moi comment tu traverses la rue, je te dirai qui tu es : l’étude qui montre comment votre nationalité détermine votre relation au passage clouté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Selon l'OMS, chaque année dans le monde, plus de 270 000 piétons meurent sur la route, soit 22% du nombre total de décès liés aux accidents de la circulation routière.
Selon l'OMS, chaque année dans le monde, plus de 270 000 piétons meurent sur la route, soit 22% du nombre total de décès liés aux accidents de la circulation routière.
©Reuters

On regarde à gauche et à droite

Dis-moi comment tu traverses la rue, je te dirai qui tu es : l’étude qui montre comment votre nationalité détermine votre relation au passage clouté

67% des piétons français observés passent au feu rouge alors qu'ils ne sont que 7% à le faire au Japon.

Si vous avez déjà eu la chance de partir à l'étranger, vous savez que l'un des plus grands plaisirs du voyage est de découvrir les variations culturelles qui existent entre la France et votre lieu de vacances. La nourriture, évidemment (déjà goûté des insectes ?), la façon de se vêtir mais également le comportement des piétons ! Vous vous êtes peut-être déjà fait la réflexion que les piétons du pays que vous visitiez étaient décidément vraiment très respectueux du feu rouge. Ou au contraire combien le comportement routier vous semblait anarchique, comme dans cette vidéo Youtube, repérée par Rue 89 qui montre la traversée d'une rue très animée au Vietnam par un britannique.

Et bien vous n'êtes pas les seuls. Une étude française a analysé les différences de comportement des piétons à Strasbourg en France et à Inuyama au Japon.

L'idée est de comparer le comportement des piétons au moment où ils traversent la rue. Les scientifiques ont donc fait attention à choisir deux lieux similaires du point de vue du trafic, de la vitesse autorisée, ou de la largeur de la chaussée. De même, seuls les piétons marchant seuls ont été étudiés, afin d'écarter les phénomènes de groupe de l'équation.

Deux expériences ont été réalisées dans ces 2 villes : la première au niveau d'un passage piéton avec un feu durant 30 secondes, et l'autre à un croisement sans marquage au sol.

Et comme le rapporte The Atlantic, les résultants sont sans appel : en France 67% des piétons passent au feu rouge alors qu'ils ne sont que 7% à Inuyama ! Quant à la traversée illégale, en moyenne les Strasbourgeois attendent 9 secondes avant de passer, alors que le temps moyen était de 16 secondes à Inuyama.

Comme les scientifiques ont fait en sorte d'établir leur expérience avec les mêmes conditions initiales dans les deux lieux, les différences de comportement ne peuvent provenir que d'une différence culturelle et, comme le souligne l'étude, "du contexte social, et plus particulièrement comment les individus apprennent à traverser la route en regardant les autres".

Ce processus d'intériorisation est d'autant plus important qu'être un piéton est - mine de rien - dangereux. Selon l'OMS, chaque année dans le monde, plus de 270 000 piétons meurent sur la route, soit 22% du nombre total de décès liés aux accidents de la circulation routière comme le rapporte Sciences et Avenir. D'autant que l'environnement influence énormément la dangerosité : chaque année, au Canada, il y a un plus grand nombre de piétons victimes de la route durant les mois d'automne que pendant le reste de l'année, notamment parce que la noirceur arrive plus tôt et que les piétons sont alors moins visibles, comme nous l'apprend La Presse Canadienne. Les chercheurs suggèrent également que les résultats de leur étude doivent être reliés à la tendance que les Japonais à respecter la Loi.

En tout cas, quand les Tokyoïtes de Shibuya décident (finalement) de traverser, cela fait du monde :

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !