Comment parler à ses enfants de… problèmes de couple | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Il ne faut pas parler à ses enfants de ses problèmes de couple.
Il ne faut pas parler à ses enfants de ses problèmes de couple.
©Pixabay

Série : comment parler à ses enfants de...

Comment parler à ses enfants de… problèmes de couple

Expliquer ses problèmes de couple à ses enfants... Nombreux sont ceux qui franchissent ce pas sans savoir que c'est une erreur fatale ! Cinquième épisode de notre série sur "comment parler à ses enfants de..."

Gisèle George

Gisèle George

Gisèle George est pédopsychiatre. Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages comme La confiance en soi de votre enfant (2007, Odile Jacob) ou encore Ces enfants malades du stress (2002, Anne carrière) 

Voir la bio »

Atlantico : Un couple traverse parfois des périodes difficiles. Comment doit-il se comporter, durant ces périodes, vis-à-vis de ses enfants? Doit-il partager ses problèmes ou au contraire ne pas en parler?

Gisèle George : Quand un couple vit des périodes difficiles, il est nécessaire qu’il réalise que ses enfants s’en rendent compte. Les enfants comprennent intuitivement s'il y a des dissensions entre les parents. Il est donc nécessaire de leur dire que, en ce moment il y a des sujets de discorde, au même titre qu’un enfant peut avoir des sujets de discorde avec ses amis.

Néanmoins, on ne rentre pas dans le sujet des disputes ! Ainsi, d’un côté il faut informer les enfants des problèmes maritaux mais de l’autre, il est hors de question de parler à l’enfant du contenu des disputes. Les parents ne doivent absolument pas entrer dans les détails lorsqu’il s’agit de parler de leurs problèmes conjugaux avec leurs enfants !

A lire également :

>>>>>>>>>>>> Comment parler de sexe à ses enfants

>>>>>>>>>>>> Comment parler en famille des problèmes de santé quand un enfant ou un parent est gravement malade

>>>>>>>>>>>> Comment parler d’argent à ses enfants quand on n'en a pas assez (ou quand on en a trop)

>>>>>>>>>>>> Comment parler à ses enfants de... secrets de famille

Quels problèmes peut rencontrer un couple qui se montrerait trop ouvert vis-à-vis de sa vie privée avec ses enfants?

Un couple qui aborderait le contenu de ses problèmes conjugaux avec ses enfants ouvrirait la porte à divers problèmes psychologiques. Et ce pour quatre raisons :

  • Lorsque les parents évoquent leurs problèmes personnels, ils demandent implicitement à leurs enfants de prendre parti. Pour cela les enfants vont donc devoir précher le vrai du faux. De ce fait, ils se retrouvent forcés de tester la crédibilité de leurs parents. 
  • Ils se trouvent confrontés à des dynamiques de disputes d'adultes. Ces problèmes leurs sont expliqués par des adultes. Adultes qui n'ont pas la même vision de la situation que des enfants. Ils ne sont donc pas à même d'en comprendre les conséquences et d'étudier tous les élements nécessaires en vue de traiter la situation. 
  • Il y a inversion des rôles. Il est important pour un enfant que ses parents adoptent les rôles de protecteurs et non pas l'inverse. Or, dans ce type de situation, l'enfant en vient toujours à essayer de protéger l'un ou l'autre de ses parents. En endossant ce rôle, l'enfant devient rapidement très angoissé . Se sentir responsable de ses parents va devenir une cause de stress pour l'enfant, quand normalement le rôle des parents est de veiller sur lui.
  • Pour mettre fin aux disputes, l'enfant peut aussi exagérer son ressenti, se montrer plus malheureux qu'il ne l'est. Alors, parce qu'il ne va pas bien, les parents essayeront sans doute de se réconcilier pour son bien être. L'enfant peut finir par entrer dans un "mauvais état" psycho-pathologique afin d'éviter coute que coute que ses parents ne se disputent.

 

Comment faire la part des choses entre les différents sujets de discorde internes au couple ? Lesquels intéressent directement les enfants, et lesquels ne sont qu'accessoires aux yeux de ces derniers ?

Les parents n'ont pas à faire la part des choses entre leurs différents sujets de désacord. Dès lors qu'il y désacord et que celui-ci est offciellement identifié par les enfants, ils rentrent alors automaticement en conflit de loyauté. Ils se sentent obliger d'entrer en accord avec leurs parents. 

Pour donner un exemple concret, lorsque seulement un des deux parents veut que son enfant suive une psychothérapie, il est inutile d'en commencer une. En effet, de deux choses l'une : soit l'enfant ne la fera pas parce qu'un de ses parents dit qu'il n'en a pas besoin ; soit il décidera de la faire pour faire plaisir à l'un de ses parents. Or, une fois qu'il ira mieux il craindra le conflit et, ainsi, celui-ci ne tardera pas à reprendre. Pour qu'il y ait psychothérapie il faut automatiquement que les deux parents soient en accord.

La dispute des parents n'a aucune importance pour l'enfant si on ne lui en fait pas part. Par contre ce qu'il craint c'est que ses parents soient en désaccord à son sujet. 

Dans le cas typique d'une décision de divorcer, comment convient-il d'en parler aux enfants, notamment en fonction de leur âge ?

Lorsque les parents ont décidé de divorcer, ils doivent présenter les faits à leurs enfants. Ils doivent donc leur dire qu'ils divorcent et leur expliquer ce qui se passera après le divorce (par exemple, leur dire qui vivra avec qui). Il ne faut jamais demander aux enfants de décider ce qu'ils veulent s'ils sont petits. A l'adolescent, il faut  expliquer la décision de garde, mais la soupplesse est plus large. Quoi qu'il arrive, il faut faire comprendre à un enfant que les parents ne divorcent pas à cause de lui et qu'une certaine souplesse quand à la garde peut exister (si l'enfant doit dormir chez la mère pour pouvoir se rendre chez un ami, on doit pouvoir s'arranger). 

L'annonce du divorce est juste une annonce de fait. Le constat de la vie qui change va agacer les enfants mais ils s'y adapteront. Une certaine stabilité existera toujours, par exemple si l'enfant fait une grosse bêtise il se rendra vite compte que sa mère ainsi que son père seront, toujours, tout autant en colère! 

L'important c'est de dire les choses aux enfants (on va déménager, on va vivre ailleurs, on va se séparer ) et de leur montrer que, malgré le divorce, les deux parents seront toujours attentifs à lui. Oui, ils se séparent mais une certaine souplesse doit exiter : si l'enfant a besoin de l'un des deux parents, peu importe chez qui il est à ce moment précis, on doit pouvoir accéder à sa demande. 

Malheureusement dans les divorces, la guerre est telle, que dans les faits la souplesse n'existe pas toujours. Il peut s'installer une sorte de compétition entre les adultes : à celui qui sera le favori des enfants.

Enfin, la façon dont les couples abordent leurs problèmes personnels avec leurs enfants a-t-elle changé ces dernières années? Va-t-on vers de moins en moins de secret parental ou au contraire la “bulle parentale” se resserre-t-elle?

Oui, la façon de parler des disputes parentales a changée. Tristement, c'est du fait d'une adulescence des parents qui de plus en plus souvent ne font plus la différence entre leur rôle de parent et de copain. Ainsi, ils parlent de leurs difficultés de couple avec leur enfants, comme si ils étaient de simples amis, ce qu'ils ne sont pas : ils sont des enfants! 

Néanmoins, le divorce est de moins en moins un problème lorsqu'il est bien fait. Les parents restent respecteux entre eux, respectueux envers l'amour que l'enfant porte à chacun d'eux et respecteux du fait que leur vie intime ne doit être sujet de discussion avec les enfants!

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !