Cette autre guerre de l’information dans laquelle Vladimir Poutine remporte des batailles sans que nous nous en rendions compte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président russe Vladimir Poutine tient sa conférence de presse annuelle dans le hall d'exposition Manezh, dans le centre de Moscou, le 23 décembre 2021.
Le président russe Vladimir Poutine tient sa conférence de presse annuelle dans le hall d'exposition Manezh, dans le centre de Moscou, le 23 décembre 2021.
©NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

Terre inconnue

Cette autre guerre de l’information dans laquelle Vladimir Poutine remporte des batailles sans que nous nous en rendions compte

Selon Carl Miller, directeur de recherche du Centre pour l'analyse des médias sociaux de Demos, si nous pensons que Kiev est en train de gagner la guerre de l'information, nous ne pensons qu'aux espaces d'information dans lesquels nous habitons. Dans son effort de propagande, Moscou cible les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud)

Carl Miller

Carl Miller

Carl Miller est le directeur de recherche du Centre pour l'analyse des médias sociaux de Demos.

Il s'intéresse à la façon dont les médias sociaux changent la société et à la manière dont la recherche sur ces médias peut éclairer des décisions importantes. Il s'occupe notamment de : 

- La politique numérique et la démocratie numérique

- La cybercriminalité et la communauté des pirates informatiques

- Cyberintimidation, crimes haineux, misogynie et abus en ligne

- Guerre de l'information et désinformation en ligne

- Fake news", journalisme numérique et citoyen

- Prise de décision automatisée, gouvernance de l'internet et dépendance numérique

- L'élaboration de nouvelles méthodes et technologies pour étudier les données des médias sociaux.

Il effectue des recherches et écrit de nombreux articles sur ces questions, notamment pour Wired, New Scientist, le Sunday Times, le Telegraph et le Guardian. Il est chercheur invité au King's College de Londres.

Voir la bio »

Atantico : Vous avez récemment déclaré : "Lorsque nous disons que Kiev est en train de gagner la guerre de l'information, bien trop souvent nous ne parlons que des espaces d'information que nous habitons." Qu'entendez-vous par là ?

Carl Miller : Au cours du premier mois de l'invasion, c'est devenu un lieu commun de suggérer que les efforts de propagande de la Russie faiblissent. Les raisons avancées sont nombreuses : les propagandistes de Poutine ont été pris au dépourvu par l'ambition de l'invasion, Zelensky est un maître de la gestion des médias, le manuel de jeu russe ne fonctionne plus ... 

C'est une idée très compréhensible à avoir. Je ne sais pas pour vous, mais tout ce que je vois personnellement sur les médias sociaux est une procession mur à mur de sympathie pro-ukrainienne. Toutes les personnes que je connais sont totalement indignées par l'invasion ; moi aussi, bien sûr. Il est rare qu'une attitude soit aussi répandue dans la société occidentale. 

Mais une erreur que nous commettons souvent est de supposer que nos espaces d'information sont beaucoup plus universels qu'ils ne le sont. Nous l'avons fait ici au Royaume-Uni pour le vote du Brexit, et beaucoup de libéraux l'ont fait en 2016 lors de l'élection de Donald Trump. Ma crainte est que nous le fassions à nouveau maintenant. 

La semaine dernière, vous avez publié une étude sur les comptes fortement engagés dans deux hashtags pro-invasion qui ont fait l'objet d'une tendance début mars. Quelle est l'importance de l'implication asiatique et africaine que vous avez remarquée ? Comment l'analysez-vous ? 

L'analyse que mes collègues et moi-même avons réalisée était la suivante : nous avons examiné deux hashtags pro-invasion qui ont été utilisés dans différentes régions du monde les 2 et 3 mars : #istandwithPutin et #IstandwithRussia. Nous avons trouvé 9,9 000 comptes sur Twitter (et ce travail n'a porté que sur Twitter) qui avaient partagé ces hashtags 5+ fois et nous avons recueilli les 200 derniers tweets que chacun avait envoyés : 1,6 million au total. Nous avons ensuite cartographié chaque compte sur la base de la manière générale dont il utilise le langage (explication beaucoup plus complète ici) et avons remarqué qu'il y avait des groupes de comptes. Il y a toujours du bruit dans ces groupes, mais en général nous avons trouvé un groupe de comptes qui avaient tendance à utiliser l'hindi et à s'identifier comme des partisans indiens du BJP, un autre qui utilisait le tamoul, parlant souvent de l'État du Tamil Nadu. Il y avait un autre groupe que nous avons caractérisé comme largement sud-africain, connecté à un autre qui mélangeait l'Afrique du Sud avec d'autres identités africaines, nigérianes, certaines ghanéennes. Un autre groupe était caractérisé par l'utilisation du farsi et du sindhi et tendait à être composé de comptes identifiés comme iraniens ou pakistanais. De nombreux comptes mélangent ces langues dans et autour de l'anglais également. 

L'objectif de ces comptes était en grande partie d'amplifier les messages, et les 2 et 3 mars, beaucoup ont retweeté intensivement des messages en faveur de l'invasion. Beaucoup de ces messages s'adressaient explicitement aux pays du BRICS, promouvaient la solidarité anticoloniale russo-indienne et russo-africaine et affirmaient que l'indignation morale de l'Occident face à l'invasion était hypocrite et fallacieuse. 

Je pense que cet ensemble de données regroupe les activités organiques et inauthentiques. Nous avons observé un certain nombre de schémas suspects suggérant une ou plusieurs tentatives coordonnées de pro-invasion pour que les hashtags deviennent tendance et propagent des messages pro-russes ; mais il y avait aussi des gens normaux qui utilisaient le hashtag. Mais d'un côté comme de l'autre de l'équation, il y avait peu de choses dans ce que nous avons vu qui s'adressaient à l'Occident ou qui prétendaient venir de l'Occident. À titre d'avertissement, bien que je soupçonne fortement que des acteurs favorables à l'invasion se cachent derrière cette activité, je n'ai aucune preuve qu'elle soit explicitement liée à l'État russe. 

Dans quelle mesure devons-nous nous inquiéter de la guerre de l'information qui se déroule dans les pays du BRICS et dans d'autres pays non occidentaux ? Dans quelle mesure pourrait-elle avoir un impact sur la guerre en Ukraine ? L'Occident et l'Ukraine devraient-ils investir davantage dans une contre-offensive de la guerre de l'information dans ces pays pour éviter des conséquences à court et à long terme ? 

J'ai bien peur que les réponses à ces questions ne soient pas de mon ressort ! Il est extrêmement difficile d'être sûr de ce que seront les conséquences de tout ceci en termes de résultats tangibles : changements de comportements, attitudes réformées, etc. En ce qui concerne cette étude, nous n'avons délibérément examiné que le "noyau dur" des comptes utilisant le plus les hashtags, et nous n'avons donc pas saisi toute la réception organique de ces derniers. 

Je pense cependant qu'il est certainement trop tôt pour déclarer une quelconque "victoire" dans la guerre de l'information et pour reconnaître que de nombreux environnements informationnels existent bien au-delà de nos propres horizons, et qu'ils peuvent être très, très différents de ceux que nous voyons et dans lesquels nous vivons. Ce n'est pas parce que nous ne voyons pas la guerre de l'information qu'elle n'existe pas ; c'est peut-être simplement que nous ne sommes pas le champ de bataille où elle se déroule. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !