Ces tout premiers attachements affectifs de notre existence qui expliquent notre capacité d’adulte à tisser un lien amoureux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Ces tout premiers attachements affectifs de notre existence qui expliquent notre capacité d’adulte à tisser un lien amoureux
©Reuters

Bonnes feuilles

Ces tout premiers attachements affectifs de notre existence qui expliquent notre capacité d’adulte à tisser un lien amoureux

La toxicité s'immisce bien souvent dans les relations, et la reconnaître est compliqué tant les signes qui doivent alerter sont subtils et mouvants. Marion Blique propose de dénouer les fils qui tissent les relations pour mieux comprendre ce qu'elles cachent. Elle aide à identifier les différents styles relationnels et à débusquer la toxicité et la dépendance affective en donnant des outils pour les transformer. Extrait de "J'arrête les relations toxiques" de Marion Blique, aux éditions Eyrolles 1/2

Marion Blique

Marion Blique

Installée aux États-Unis, Marion Blique est psychologue clinicienne. Passionnée, elle partage les dernières découvertes thérapeutiques d'outre-Atlantique, à travers sa pratique en cabinet et ses formations : psychologie énergétique, neurosciences, EFT et psychothérapie du lien.

Voir la bio »

Jour 1 : la relation sécure ou les vertus de l’attachement

Le premier attachement avec la personne qui s’occupe de nous, en général notre mère, nous permet, dès les premiers mois de la vie, d’éprouver en nous un sentiment de sécurité, de confiance en soi et en l’autre. Cette personne nous aide aussi à développer notre capacité à nous apaiser intérieurement. Une fois cette sécurité bien en place, nous pouvons commencer, vers 8 mois, à nous éloigner peu à peu de notre " figure d’attachement " et à explorer en toute confiance notre environnement, ayant forgé une sécurité intérieure.

Ces premiers liens influenceront ceux que nous formerons par la suite, même à l’âge adulte, et en particulier le lien amoureux.

Lien humain et sentiment de sécurité

Naissance à l’amour

Noé est un petit bébé de quelques mois. Sa maman, Aurélie, vient de le nourrir et de le changer. Il est repu et apaisé. Dans les bras d’Aurélie, il gigote, agite ses bras et ses jambes de plaisir et sa maman gazouille avec lui ; il fixe le visage de sa mère et semble répondre à ses sourires. Elle lui chantonne une chanson qu’elle invente pour lui, ils sont seuls au monde. Adulte, Noé rencontre une femme dont il tombe amoureux. Il se sent heureux, libre d’exister avec elle comme il le souhaite ; il aime sentir sa proximité tout en se sentant en sécurité si elle s’éloigne quelques jours pour son travail. Il garde de son premier lien avec sa mère une sérénité et une sécurité intérieure qui l’accompagnent encore aujourd’hui.

Si nous sommes spectateurs de cette scène, nous sommes les témoins d’une communication subtile mais si intense que notre seule présence semble intrusive. Vous avez déjà ressenti cela, n’est-ce pas ? Nous avons tous une personne qui nous a porté pendant neuf mois ou qui s’est occupée de nous lorsque nous étions bébé. Ce premier lien, nous ne l’oublierons jamais, il est inscrit dans notre chair.

Ce confort émotionnel que Noé ressent est créé par la bulle relationnelle qu’il forme avec sa mère lors de ces précieux instants. Cette bulle, presque palpable, nourrie par ces échanges de sourires, de vocalisations, de regards et de gestes tendres, restera à jamais gravée en lui. Ce sont ces réminiscences de bien-être, déjà mémorisées dans notre cerveau, qui permettent une connexion heureuse à un nouveau lien amoureux. Le bien-être ressenti par le petit bébé Noé est intense, et il recherchera, adulte, à activer les mêmes connexions neuronales. On le voit donc : tout ce qui a été ressenti dans la petite enfance s’imprime dans notre cerveau sous forme de sensations. Elles sont activement recherchées et reconnues lorsqu’elles surviennent.

C’est dans le lien qu’un bébé va se développer, faire l’expérience de ses premières communications (d’abord non verbales), apprendre à s’apaiser, à faire confiance, à être compris, entendu, son image reflétée par celui de sa mère. C’est dans ce lien primordial et essentiel que la personnalité de l’enfant va se construire et évoluer. Noé, dans sa relation avec Aurélie, nourrie de sécurité et d’amour, va pouvoir se tourner vers d’autres expériences, oser d’autres liens, développer des relations stables et sereines.

Liens d’attachement et relations sécures

Ces premiers liens sont essentiels pour comprendre la façon dont nous évoluons dans notre vie car ils nous permettent de développer :

• le sentiment d’être en sécurité, de développer une sorte de paix intérieure ;

• la confiance en soi, dans les autres et dans le monde, car la mère va répondre de manière adéquate et consistante aux appels et aux besoins de son enfant ;

• la capacité de nous apaiser et de réguler nos émotions car la mère en calmant son bébé crée des circuits d’apaisement dans son corps et son cerveau ;

• la liberté et le désir d’explorer l’environnement, c’est-à-dire de devenir autonome, car la mère va encourager et faciliter l’exploration tout en étant là si son enfant a besoin d’être rassuré.

Tous ces atouts vont contribuer à créer une bonne résilience aux stress et aux difficultés inévitables qui jalonnent nos vies.

Arrêtons-nous quelques instants sur les qualités sécures. Elles sont importantes car elles vont nous permettre de modéliser une relation saine et autonome. Vous les connaissez tous : le boulanger toujours de bonne humeur, souriant et heureux de faire son pain ; le voisin qui a le cœur sur la main et est toujours prêt à vous aider, sans pour autant être intrusif ; l’amie à l’écoute qui sait entendre et être là : de chaque moment passé avec elle, on ressort grandi, apaisé et compris ; le conjoint patient et décontracté qui initie le mouvement mais sait aussi suivre et s’adapter car, pour lui, les choses ne sont pas compliquées, c’est si rassurant !

Le coin de l’expert

Ces relations d’attachement se maintiennent-elles tout au long de notre vie ? En général oui, mais certains événements peuvent les transformer. Entre 70 et 75 % des personnes gardent le même style d’attachement ; 20 à 25 % changent.

Qu’est-ce qui nous prédispose à un style plus qu’à un autre ? Il y a une convergence de facteurs : certaines dispositions génétiques, notre constitution physique, notre tempérament, des expériences intrautérines, des facteurs émotionnels chez la mère pendant la gestation, des dispositions innées et d’autres acquises au cours du temps.

Pouvons-nous transformer notre style d’attachement ? La bonne nouvelle c’est que oui ! Un partenaire " sécure " va stabiliser un attachement " insécure ". En revanche, des événements traumatiques exceptionnels peuvent aussi déstabiliser un attachement " sécure ".

Extrait de J'arrête les relations toxiques - 21 jours pour créer des liens sains et harmonieux de Marion Blique, publié aux éditions Eyrolles, mars 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !