Ces enregistrements radios qui montrent le profond défaut logistique de l’armée russe en Ukraine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Un combattant de la Défense territoriale ukrainienne examine un véhicule de mobilité d'infanterie russe GAZ Tigr détruit après le combat à Kharkiv le 27 février 2022.
Un combattant de la Défense territoriale ukrainienne examine un véhicule de mobilité d'infanterie russe GAZ Tigr détruit après le combat à Kharkiv le 27 février 2022.
©Sergey BOBOK / AFP

Les amateurs parlent stratégie, les pros logistique

Ces enregistrements radios qui montrent le profond défaut logistique de l’armée russe en Ukraine

Malgré sa supériorité, l’armée russe rencontre des difficultés en Ukraine. L’offensive ordonnée par Vladimir Poutine est marquée par des pénuries de nourriture et de carburant, par l’utilisation de moyens de communication non-cryptés ou l’abandon de véhicules armés, selon le quotidien britannique The Telegraph.

Jérôme Pellistrandi

Jérôme Pellistrandi

Le Général Jérôme Pellistrandi est Rédacteur en chef de la Revue Défense nationale.

Voir la bio »

Atlantico : Pour la première fois dans un conflit moderne, les forces régulières russes communiquent sans mode numérique, les rendant pleinement audibles par tous. Qu’est-ce que nous apprenons de ces enregistrements sortis et dévoilé ? À quel point la faiblesse logistique transparait de ces enregistrements ?

Jérôme Pellistrandi : Il semblerait que les unités russes aient un niveau d’équipement variable et que des radios classiques non chiffrées soient utilisées. Un réseau de talkie-walkie serait même utilisé ce qui permettrait aux Ukrainiens d’exploiter les échanges en les interceptant. Le niveau de numérisation des unités russes est donc très inégal, ce qui fait preuve d’une certaine vulnérabilité sur le terrain.

On ne peut pas connaître exactement la teneur des enregistrements car toutes les informations utiles sont classifiées. Ce que l’on sait tout de même c’est que l’armée russe a de grosses difficultés logistiques pour l’acheminement du carburant, des munitions et de la nourriture. Les Russes n’envisageaient pas une opération aussi longue et les convois s’échelonnent désormais sur de très longues distances. De facto, ils sont confrontés à un problème majeur à partir de plusieurs jours de combats car si le carburant n’est pas bien acheminé, la panne sèche arrive vite.

Qu’avons-nous appris de la réalité des soldats sur le terrain ?

L’armée russe est composée par un tiers d’appelés. Le système militaire du pays est basé sur les brimades, donc le soldat n’est pas fortement motivé. Il se contente d’exécuter les ordres et toutes les unités ne sont pas d’élites… Et selon des informations, de nombreux soldats n’étaient même pas au courant qu’ils partaient pour des opérations de combat.

À Lire Aussi

Bruits de bottes russes sur l’Ukraine : petite revue des moyens militaires en présence

La faiblesse logistique montre-t-elle une sorte d’impréparation de l’armée russe sur ce conflit ?

Il y a eu une surestimation par les Russes de leur propre capacité et une sous-estimation de leur adversaire. Les élongations sont importantes, les consommations en carburant aussi pour une armée entièrement motorisée et ils pensaient que le conflit serait court. Tous ces points montrent que le conflit est difficile pour cette armée.

Les opérations connues par l’armée russe ces dernières années peuvent être qualifiées comme étant « du fort au faible » : Tchétchénie, Géorgie, Syrie. Ici, ils sont confrontés à beaucoup plus puissant qu’ils ne l’imaginaient. L’armée ukrainienne a tiré les leçons de 2014, elle est plus aguerrie et elle est appuyée par une population qui résiste et protège son sol.

Alors que les experts s’interrogent sur la stratégie russe, est-ce sur les questions logistiques que les interrogations se posent le plus ? Est-elle déficiente ?

Il y a un problème de stratégie qui les oblige à revoir leur dispositif. Il leur reste cependant les ressources nécessaires pour continuer le combat, tout n’est pas concentré sur l’Ukraine. Cela les oblige cependant à ramener un certain nombre d’unités et de renvoyer du matériel car ils ont subi de très lourdes pertes. Ils doivent passer à une autre logistique, plus conséquente, et donner un autre rythme que celui qu’ils avaient prévu.

Visiblement leur logistique était insuffisante et ils pensaient être accueillis en tant que libérateurs dans le pays, ce qui n’a pas été le cas du tout.

Pour retrouver certains enregistrements de l'armée russe, cliquez sur les liens ci-dessous : 

À Lire Aussi

Cette guerre discrète que la Russie mène en Afrique contre la France

ENREGISTREMENT 1

ENREGISTREMENT 2

ENREGISTREMENT 3

ENREGISTREMENT 4

À Lire Aussi

Vladimir Poutine : la part du calcul stratégique, la part de la déraison

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !