Appendicite : plus besoin d’opération, des antibiotiques peuvent souvent faire l’affaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Appendicite : plus besoin d’opération, des antibiotiques peuvent souvent faire l’affaire
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Nouveau traitement

Appendicite : plus besoin d’opération, des antibiotiques peuvent souvent faire l’affaire

Selon une étude, les antibiotiques pourraient devenir un traitement intéressant pour soigner les personnes atteintes d'appendicites.

Corinne  Vons

Corinne Vons

Corinne Vons est Présidente chez Association Française Française de Chirurgie Ambulatoire et chirurgien digestif.

Voir la bio »

Atlantico : Les antibiotiques sont désormais un traitement de première intention accepté pour la plupart des personnes souffrant d'appendicite, selon les résultats finaux de l'essai CODA (Comparing Outcomes of antibiotiques Drugs and Appendectomy). Ce résultat fait écho à de nombreuses études allant en ce sens. A-t-on fait de véritables progrès récemment ?  

Professeur Corrine Vons : On ne peut dire cela:

1- Ce traitement n’a été proposé que pour les appendicites aiguës non compliquées.

2- Le diagnostic de forme non compliquée n’est pas très très facile: il y a des signes indirects au scanner, et la présence d’un stercolithe est un facteur de forme compliquée.

3- Toutes les études n’ont pas exclu les patients ayant un stercolithe sur le scanner

4- En France, la chirurgie reste la norme « académique », même si quand cela arrange (et cela a été fait pendant la période COVID), quand on veut opérer plus tard, quand on veut opérer en ambulatoire, on met aux antibiotiques… (si pas de signe de gangrène ou perforation.

5- Récemment (2020) une étude comparative randomisée publiée dans le New England Journal of Medicine a montré que l’état de santé ressenti par les patients (une première d’évaluer ce critère) était meilleur dans le groupe antibiothérapie que dans le groupe chirurgie: For the treatment of appendicitis, antibiotics were noninferior to appendectomy on the basis of results of a standard health-status measure. In the antibiotics group, nearly 3 in 10 participants had undergone appendectomy by 90 days. Participants with an appendicolith were at a higher risk for appendectomy and for complications than those without an appendicolith. (Funded by the Patient-Centered Outcomes Research Institute; CODA ClinicalTrials.gov number,

À Lire Aussi

Y a-t-il des cancers contre lesquels il est inutile de s'acharner ?

6- En effet, on montre maintenant que 30% à 40 % des patients ayant eu un traitement antibiotique, sont finalement appendicectomisés dans les 2 ans (plusieurs études).

Mais: 1-les stercolithe n’avaient pas été exclus; 2- un nouvel essai de traitement antibiotique n’a que très rarement été tenté; 3- quand on interroge les patients, ils préfèrent avoir tenté le traitement antibiotique.

Donc on en est là; la littérature est remplie d’études sur le traitement antibiotique, mais on garde toujours les stercolithes, on ne réessaye pas les antibiotiques; on ne tient pas compte de l’avis des patients.

Je ne sais pas très bien pour les autres pays, mais en France, ce traitement s’il est définitif fait peur..encore.

Atlantico : L’opération de l’appendice est réalisable en une quinzaine de minutes et semble présenter peu de risques. Le traitement par le biais d’antibiotiques promet-il des résultats révolutionnaires ?

Professeur Corrine Vons : L’opération, surtout si elle est faite par laparoscopie, dure 30 minutes, installation comprise, elle nécessite une AG, et la mortalité (pour les formes non compliquées) est de 0,25 %, il y a rarement des accidents vasculaires à cause d’un trocart avec souvent la mort: donc on ne peut dire que c’est anodin, en tout cas pas autant que les antibiotiques (si pas compliquée et pas de strecolithe).

Atlantico : Le traitement de l’appendicite grâce aux antibiotiques présente-t-il des risques ? La balance bénéfices/risques par rapport à une intervention chirurgicale est-elle vraiment meilleure ? 

Professeur Corrine Vons : Le risque du traitement antibiotique est qu’il échoue et qu’il faille opérer: en général car la forme était compliquée et n’a pas été identifiée en préopératoire; non, le traitement chirurgical est plus dangereux; le traitement antibiotique demande une surveillance (en consultation) plus rapprochée; c’est plus « fatigant » que d’opérer.

Atlantico : Comment le corps médical peut-il décider quel est le meilleur choix entre une intervention chirurgicale et un traitement à base d’antibiotiques ?

Professeur Corrine Vons : Le corps médical doit choisir selon l’analyse des données de la littérature, comme toujours; mais des recommandations sur le sujet n’ont pas été élaborées en France…

Atlantico : L’appendicite peut être provoquée par plusieurs phénomènes. Le traitement grâce aux antibiotiques est-il efficace dans toutes les situations ? 

Professeur Corrine Vons : Certains ont pensé à une origine virale pour les formes non compliquées; mais n’ont pas pu le confirmer (car dans certains pays les formes non compliquées ont une incidence qui varie avec les saisons, la température extérieure).

Mais les antibiotiques sont efficaces dans les formes non compliquées, sans discussion.

Il semble aussi que certaines formes non compliquées guérissent sans antibiotiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !