"Les personnes blanches sont socialisées depuis leur enfance pour être racistes"! Virée par les méchants racistes de l'Oréal pour avoir dit ça | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
"Les personnes blanches sont socialisées depuis leur enfance pour être racistes"! Virée par les méchants racistes de l'Oréal pour avoir dit ça
©Reuters

Beauté racialisée

"Les personnes blanches sont socialisées depuis leur enfance pour être racistes"! Virée par les méchants racistes de l'Oréal pour avoir dit ça

La personne qui a prononcé cette phrase impérissable était mannequin chez l'Oréal. Elle ne l'est plus.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Elle s'appelle Munroe Bergford. Elle est noire et transgenre. Ce qui fait qu'on ne sait plus s'il faut dire madame, monsieur, ou autre chose… Elle était donc mannequin chez l'Oréal qui s'est séparé d'elle. En cause, une phrase que Munroe Bergford a prononcée après les évènements de Charlottesville : "j'en ai assez de la violence des Blancs. Je dis bien de tous les Blancs!". L'Oréal a considéré, à juste titre, que c'était raciste. "Tous les Blancs"… Essayez de dire "tous les Noirs" ou "tous les Arabes". Dans un article, ému, Libération déplore les misères faites à Munroe Bergford. Cette dernière a d'ailleurs tenu à "contextualiser" ses propos. "Les personnes blanches", a-t-elle dit, "sont socialisées depuis leur enfance pour être racistes".

J'applaudis des deux mains. Car, pour ne parler que de moi, la vérité sort de la bouche de Munroe Bergford. Quand j'étais petit, mes parents me faisaient boire une mixture chocolatée dont l'emballage aurait fait frémir l'ex-mannequin de chez L'Oréal. Il y était marqué "y a bon Banania". Obélix était tombé dans la marmite avec la potion magique. Dans la mienne, il y avait du Banania!

Ainsi "socialisé", j'aurai donc appris à mépriser les Noirs. Je lisais aussi Tintin au Congo. Et il paraîtrait que j'en ai déduis que les Noirs, "tous les Noirs" (n'est-ce pas Munroe Bergford?), étaient, au choix, de grands enfants ou de bons sauvages. A l'école où j'allais, on m'a "socialisé" encore plus, encore pire. J'ai eu les larmes aux yeux en écoutant le récit de la défaite d'Alésia avec Vercingétorix offrant sa reddition à César. Depuis, je ne peux plus sentir les Ritals!

Le martyre de Jeanne d'Arc brûlée à Rouen par les Anglais, ne m'a pas laissé insensible. Et je ne me suis pas consolé de l'exil de Napoléon à Sainte-Hélène. Depuis, je ne peux plus blairer les English!

J'ai appris d'autres choses affreuses à l'école laïque et républicaine. Mes maitres m'ont fait vibrer avec le nom de Charles Martel, qui triompha des Sarrasins à Poitiers. Depuis je me méfie des Arabes, de "tous les Arabes" (n'est-ce pas Munroe Bergford?). Chez moi, à la maison, on m'a aussi méchamment formaté. Comme j'étais juif, mes parents m'ont enseigné que les Français, tous les Français, avaient été "socialisés" pour être antisémites. Ce qui fait que maintenant, je n'aime plus personne. Je suis seul et triste.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !