"Le mystère Richelieu" de Philippe Le Guillou : appropriation théâtrale du mystère d’un grand homme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Philippe Le Guillou a publié "Le mystère Richelieu" aux éditions Robert Laffont.
Philippe Le Guillou a publié "Le mystère Richelieu" aux éditions Robert Laffont.
©

Atlanti Culture

"Le mystère Richelieu" de Philippe Le Guillou : appropriation théâtrale du mystère d’un grand homme

Philippe Le Guillou a publié "Le mystère Richelieu" aux éditions Robert Laffont.

Marie De Benoist pour Culture Tops

Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

 

Voir la bio »

"Le mystère Richelieu" de Philippe Le Guillou

Robert Laffont, 22 avril 2021 - 180 pages - 18 €

Recommandation

ExcellentExcellent

Thème

Un petit garçon rêveur et solitaire découvre dans son livre d’histoire de CE2 le portrait du cardinal de Richelieu par Philippe de Champaigne. Emotion intense, attirance irrésistible, enthousiasme débordant enflamment son esprit et son cœur, comme un coup de foudre ! Le voilà fasciné à tout jamais par cet homme en rouge à l’allure impérieuse, qui se dresse en majesté, dans sa somptueuse cappa magna pourpre, animée par cette cascade de plis, admirablement restituée. Sa tête paraît petite par rapport à la pyramide déployant les tissus soyeux et les moirures ruisselantes. Le peintre a choisi de glorifier le prestige et l’éclat de la fonction plutôt que l’homme, dont le narrateur tente de percer le mystère, en emmenant le lecteur sur ses traces. Dévoré d’ambition, sûr de ses talents, calculateur et opportuniste, Richelieu gagne d’abord les faveurs de la régente Marie de Médicis, puis disgracié avec elle, il se réconciliera avec Louis XIII et deviendra chef du Conseil.

Doté d’une volonté inflexible et d’une détermination inébranlable, il est habité par sa mission au service du roi, prêt à tous les combats pour que triomphe la puissance de l’Etat. Il attaque donc tous ceux qui relèvent la tête, en menant une lutte impitoyable contre les Grands et les protestants. Le Siège de La Rochelle sera sa grande épopée, mais il reste hanté par les trahisons et les complots. Il s’est révélé dans l’exercice du pouvoir, grâce à son autorité souveraine, y sacrifiant sa santé plus que fragile, c’est là peut-être son génie, son mystère.

Points forts

• Un portrait subjectif et passionnant du cardinal de Richelieu à partir du célèbre tableau du janséniste Philippe de Champaigne. On comprend la fascination de l’auteur pour cet homme d’Etat, comme il n’y en a plus. Pieux, loyal, soucieux de sa charge, tout en pressentant avec lucidité les dangers de l’ivresse du pouvoir, il défend coûte que coûte la grandeur de la France et la puissance de l’Etat. Travailleur acharné, il brille par son éloquence, son intelligence des situations et son sens de la diplomatie. 

• L’admiration n’empêche pas la lucidité. Ses défauts ne sont pas dissimulés : froid et  hautain, il se méfie de tous. Intransigeant jusqu’à la brutalité, il n’hésitera pas à condamner cruellement ceux qu’ils jugent dangereux pour le roi ou qui s’opposent à lui. 

Points faibles

• Il manque la reproduction du tableau de Philippe de Champaigne (1639).

En deux mots ...

Une forme de bréviaire amoureux, une exploration personnelle, une déambulation capricieuse, subjective, sur les traces de celui que beaucoup appellent l’homme en rouge,» l’objectif de Philippe Le Guillou est atteint dans ce livre écrit d’une plume alerte, non dépourvue d’élégance. 

Un extrait

- « Intelligence politique, volonté de fer, haute idée d’une mission qui tient du sacerdoce, détermination surhumaine : c’est ce qu’exalte le portrait en pied du cardinal dressé au-dessus de tout ce que l’existence peut compter de maux et de misères. » p.89 

- «  La politique, pour Richelieu, c’est un engagement viril que rien n’arrête, la volonté d’afficher sa détermination, de ne rien laisser paraître des craintes ou des doutes qui traversent inévitablement les pensées d’un homme d’Etat. » p.111

- « Acteur politique, stratège, bâtisseur de digue et de ville, prince de la sainte Eglise romaine, homme assoiffé de pouvoir au nom de ce qu’il convient presque de nommer une « mystique de l’Etat » … Richelieu est tout sauf étranger aux lettres et … (au) théâtre. » p. 127

L'auteur

Né en 1959, Philippe Le Guillou, romancier et essayiste, a publié une quarantaine d’ouvrages. On peut citer Les sept noms du peintre ( Gallimard, 1997), prix Médicis 1997, Stèles à de Gaulle (Gallimard, 2000), Les Marées du Faou (Gallimard, 2003), Fleurs de tempête (Gallimard, 2008), Le Bateau Brume (Gallimard, 2010), Le Pont des anges (Gallimard, 2012), Les Années insulaires (Gallimard, 2014), Géographies de la mémoire (Gallimard, 2016), La Route de la mer (Gallimard, 2018), Le passeur (Mercure de France, 2019), Le Roman inépuisable (Gallimard, 2020). 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !