"Bruno, le souper des cendres" de Bruno Giordano, adaptation de Laurent Vacher : Le dernier combat d'un homme de science contre l'inquisition | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Bruno, le souper des cendres" de Bruno Giordano, adaptation de Laurent Vacher : Le dernier combat d'un homme de science contre l'inquisition
©

Atlanti Culture

"Bruno, le souper des cendres" de Bruno Giordano, adaptation de Laurent Vacher : Le dernier combat d'un homme de science contre l'inquisition

Un cri dans la nuit

Jean-Pierre Hané

Jean-Pierre Hané

Jean-Pierre Hané est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

Voir la bio »

THÈME

En pleine renaissance, les scientifiques sont à la peine, l’Eglise toute puissante multiplie les procès qui accablent les savants et notamment Giordano Bruno  qui prétend que notre Terre n’est qu’une partie infinitésimale de l’univers, qu’il y a d’autres mondes !!! Hérésie ou réalité.

L’homme de science expose sa théorie, son dernier combat, son cri de vérité. Une autre foi.

POINTS FORTS

Le sujet ambitieux

L’incarnation généreuse de Benoît di Marco et sa performance.

L’étonnante composition musicale de Phillippe Thibault sur ce sujet.

QUELQUES RÉSERVES

Un texte dense qui parfois nous échappe dans une vélocité généreuse qui voudrait tout dire mais qui peut nous perdre.

La musique parfois trop présente et l’adéquation entre texte et musique pas toujours nécessaire mais dont on doit reconnaître la parfaite exécution.

ENCORE UN MOT...

Un texte scientifique a-t-il sa place au Théâtre et qu’est-ce qu’un théâtre scientifique ? C’est la question et tout le projet de ce Théâtre de la Reine Blanche. C’est un public spécifique qui s’y rend et très étonnement, on s’aperçoit qu’il est malgré tout populaire. Dans ce spectacle, l’Histoire nous montre bien la peur que le dogme (religieux pour le cas) peut engendrer aux découvertes scientifiques. Attaquer, condamner avant même d’entendre et de comprendre et d’analyser. Se pose aussi la question de la confiance en l’homme de science qui œuvre pour le bien-être de l’homme du commun, sa connaissance du monde, son épanouissement. Dans des temps troublés comme les autres où les fausses nouvelles et la suspicion prévalent.  Ce spectacle remet au centre du débat la place de l’homme de science qui voue sa vie, son travail, sa recherche, sa vérité pour le bien d’autrui avec audace et courage face un monde enfermé dans son rationalisme et son confort protecteur.

UNE PHRASE

« Vous qui prononcez ma sentence, vous avez plus peur que moi qui la subit »

« Je maintiens que l’univers est infini, les planètes sont semblables à la terre. Les étoiles fixes sont des soleils entourés d’autres planètes qui restent invisibles à cause de leur éloignement. Il y a dans cet espace des corps innombrables notre terre et d’autres terres, notre soleil et d’autres soleils… "

L'AUTEUR

BRUNO GIORDANO 
Scientifique de la fin du 16eme siècle, ce frère dominicain, philosophe  developpera la théorie d’un univers infini, peuplé d’une quantité d’astre et qui sera condamné pour hérésie.

LAURENT VACHER
Formé à la magnifique école du mouvement « Ecole Jacques Lecoq » , il a suivi également une formation chez Andreas Voutsinas. Il signe depuis 1996 de nombreuses mises en scène, notamment en décentralisation. C’est également un formateur investi dans l’action culturelle au service de publics divers. Engagé dans un théâtre exigeant, il questionne le monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !