"Au revoir Monsieur Friant" : Philippe Claudel, à l'économie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Au revoir Monsieur Friant" : Philippe Claudel, à l'économie
©

Atlanti-culture

"Au revoir Monsieur Friant" : Philippe Claudel, à l'économie

Yves Bouessel du Bourg pour Culture-Tops

Yves Bouessel du Bourg pour Culture-Tops

Yves Bouessel du Bourg est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

Voir la bio »
LIVRE
AU REVOIR MONSIEUR FRIANT
de Philippe Claudel
Ed. Stock
L’AUTEUR
Né en Lorraine en 1962, Philippe Claudel s’est durablement inscrit dans le paysage littéraire français. Il est aussi connu comme cinéaste et dramaturge. 
"Les Ames Grises" en 2003, "Le Rapport de Brodeck" en 2007 sont des jalons importants dans la carrière de cet écrivain à l’écriture raffinée, qui est membre de l’académie Goncourt.
THEME
Dans un récit très court l’auteur se raconte. Il égrène ses souvenirs depuis l’enfance; et le peintre lorrain Emile Friant, notoriété locale du siècle passé, est pour lui comme un miroir ou un révélateur. 
Les membres de la famille et Philippe Claudel lui-même défilent sous nos yeux comme dans une saga ou une histoire «héroïque» dont le héraut aurait écrit la légende à travers ses tableaux. Les portraits de l’écrivain sont systématiquement confrontés à l’œuvre du peintre comme dans une perspective en miroir.
POINTS FORTS
             ° Une écriture très belle et très fluide qui sait capter les sensations avec gourmandise, à la manière de Colette. Cette écriture fine et ductile a aussi toutes les qualités de l’impressionnisme, capable de retranscrire les variations d’humeur les plus minuscules comme le peintre peut saisir les variations atmosphériques.
Des illustrations, à partir de la peinture, de l’activité de créer. En l’occurrence, des postures pour Claudel qui fustige son modèle.
POINTS FAIBLES
              ° La tentative de confronter les tableaux du peintre Emile Friant au récit biographique de notre auteur pour donner un éclairage mutuel à l’un et à l’autre aboutit le plus souvent à une certaine redondance. Il eut fallu sans doute être un peu plus dialectique.
On s’étonnera de la brièveté de ce livre qui semblerait plutôt être l’ébauche d’une construction littéraire plus ambitieuse. On peut toutefois le lire comme un long poème en prose.
EN DEUX MOTS
Un récit largement autobiographique écrit avec une grande liberté de ton, qui hésite constamment entre récit naturaliste et souvenirs lyriques d’un auteur poète. 
En filigrane se dessine à travers l’hommage qui lui est rendu la critique assez acerbe d’un artiste qui, devenu académique, a perdu toute la fraicheur et la sincérité de ses débuts. Philippe Claudel bien qu’attiré par cette sorte de double (un nancéen de condition modeste) ne peut que condamner l’artiste, à ses yeux dévoyé. Il faut donc comprendre que lui, Claudel, qui n’a pas pris ce chemin, a sauvé son âme.
UNE PHRASE 
Ou plutôt deux:
- Rimbaldienne: «Il ferait si bon dans l’herbe des talus,….On aurait plein de rêves au fond des poches comme des bâtons de dynamite. On jetterait des cailloux dans l’eau.» (page 69)
- Proche de Colette: «On serait deux copains, dans cette herbe de mai qui vient au nez comme le vin monte à la tête ….Je veux te dire le frétillement des têtards sortant du frai près de l’étang du Poncé, l’obscurité piquante des halliers d’aubépine brodés de nids de merle.» (page70)
RECOMMANDATION : BON

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !