Susan Sarandon dénonce le fonctionnement des Oscars, où il faut payer pour gagner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Susan Sarandon dénonce le fonctionnement des Oscars, où il faut payer pour gagner
©Geoff Robins / AFP

Bourrée de talents (le talent est la monnaie égyptienne)

Susan Sarandon dénonce le fonctionnement des Oscars, où il faut payer pour gagner

Oscarisée en 1995, l'actrice Susan Sarandon ne s'attend pas à gagner une autre statuette, faute de moyens.

L'actrice américaine Susan Sarandon, présente ce weekend au festival de Toronto pour promouvoir son dernier film, "Blackbird", dans lequel elle joue une mère malade en phase terminale souhaitant mettre fin à ses jours, a profité de sa venue pour dénoncer le fonctionnement des Oscars, dont les récompenses sont décernées, selon elles, à ceux qui ont les moyens de payer d'intenses campagnes de lobbyisme.

"Il n'y avait pas besoin de dépenser d'argent lorsque j'ai été nommée à cinq reprises et j'ai gagné une fois", a déclaré l'actrice de 72 ans, qui a été oscarisée en 1996 pour son rôle de bonne soeur dans "La Dernière marche" (1995). Elle avait aussi été nommée pour cette même réponse en 1995 (pour "Le Client"), en 1993 (pour "Lorenzo"), en 1992 (pour "Thelma et Louise") et en 1982 (pour "Atlantic City").

"Ca n'arriverait plus aujourd'hui", a-t-elle ajouté, faute de moyens pour "rivaliser avec certains des films défendus par les Harvey Weinstein de ce monde". Les nominations des Oscars font en effet suite à des campagnes de lobbying souvent menées pendant des mois avant l'attribution des célèbres statuettes dorées.

Le TIFF s'est avéré être ces dernières années un tremplin pour les Oscars en récompensant notamment "La Forme de l'eau" et "Green Book", qui ont obtenu quelques mois plus tard la statuette du meilleur film.

Cette accusation n'est pas nouvelle. En 2013, la française Emmanuelle Riva évoquait un climat de "campagne électorale". 

En janvier, le magazine américain Variety expliquait qu'une campagne pour les Oscars pouvait atteindre 20 à 30 millions de dollars. Selon le magazine, la campagne de lobbyisme pour le film "A Star is Born" a coûté un peu moins de 20 millions de dollars, un montant similaire à celui dépensé pour "Gravity", mais inférieur aux 25 millions dépensés pour "Argo".

L'an dernier, Netflix a dépensé 25 millions de dollars dans la course aux Oscars pour le film "Roma", indique Variety.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !