Les électrochocs peuvent aider à effacer les mauvais souvenirs de notre mémoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les électrochocs peuvent aider à effacer les mauvais souvenirs de notre mémoire
©Reuters

Bouton retour

Les électrochocs peuvent aider à effacer les mauvais souvenirs de notre mémoire

Une étude néerlandaise semble montrer que l'électricité peut altérer la mémoire.

Pouvoir effacer de sa mémoire les pires souvenirs de son existence fait plus ou moins partie des possibilités que chacun aimerait avoir. Selon Marijn Kroes, neuro-scientifique à la Radboud Univesity de Nimègue (Pays-Bas), la thérapie par électrochocs pourrait permettre d'effacer les mauvais souvenirs du cerveau humain.

Publiée dans NatureNeuroscience, son expérience a été menée sur 42 personnes souffrant de dépression sévère. Deux diaporamas ont été montrés aux patients. L'un relatant l'histoire d'un jeune garçon tué par une voiture et l'autre racontant une agression. Une semaine après, l'un de ces deux diaporamas leur a à nouveau été montré.

Les 42 sujets ont ensuite été divisés en trois groupes. Le premier a été traité par électrochocs puis soumis à un questionnaire à choix multiples immédiatement après. Le deuxième a lui aussi reçu des électrochocs, mais n'a répondu au test que 24 heures après. Le troisième n'a, quant à lui, subi aucun traitement et a été soumis au QCM. Les patients des premier et troisième groupes se sont parfaitement rappelés les deux histoires, au contraire des membres du deuxième groupe. Ces derniers étaient capables de raconter l'histoire du panorama qu'ils n'ont vu qu'une fois mais ne se souvenaient pas de l'histoire du panorama qu'ils ont vu deux fois.

"La capacité d'altérer de façon permanente ce type de souvenirs peut mener à des traitements nouveaux et meilleurs", estime le neuro-scientifique, qui estime que le processus de stockage de la mémoire pourrait être altéré par l'électricité. D'autres scientifiques s'inquiètent toutefois de ces découvertes. C'est le cas d'Hank Greely, de l'université de Stanford"Qu'est-ce qui se passerait si nous effacions tous les souvenirs de l'Holocaust ? Ça serait terrible. D'un autre côté, la souffrance causée par certains souvenirs est vraiment très forte, et je voudrais permettre aux gens qui le veulent de soulager cette souffrance"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !