La Chine abat les animaux de compagnie des chinois en quarantaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les autorités chinoises font preuve de mesures drastiques pour éviter toute relance épidémique.
Les autorités chinoises font preuve de mesures drastiques pour éviter toute relance épidémique.
©AFP

Covid-19

La Chine abat les animaux de compagnie des chinois en quarantaine

Prônant une politique de "zéro Covid-19", les autorités de santé chinoises se rendent chez les patients en quarantaine pour tuer leurs animaux de compagnie, par crainte de contagion.

Il ne fait pas bon être un chat, un chien ou un lapin en Chine. Une information partagée par le média NPR révèle que du personnel de santé aurait fait irruption au sein des domiciles de chinois en quarantaine, laissant alors leurs logement innocupé pour tuer les animaux de compagnie laissés seuls.

 Mme Fu, propriétaire d'un chien a vu, grâce à la caméra de surveillance de son domicile, des personnes vêtues de combinaisons de protection entrer chez elle et battre à mort son corgi à l'aide de barres de fer, alors qu'elle se trouvait en quarantaine. Elle a été par ailleurs été testée négative pour le coronavirus.

Souhaitant maintenir les infections au COVID-19 à un niveau proche de zéro, les autorités sanitaires locales ont pris des mesures extrêmes pour empêcher les transmissions locales. Dans la ville de Harbin, au nord du pays, une femme a rapporté que ses trois chats avaient été tués en septembre alors qu'elle achevait sa quarantaine, suscitant ainsi la colère des internautes. Les autorités sanitaires des villes de Chengdu et de Wuxi ont également pénétré dans des maisons pendant que leurs propriétaires étaient en quarantaine pour tuer leurs chats.

Selon les centres américains de contrôle et de prévention des maladies, les humains peuvent transmettre le coronavirus à leurs chiens et à leurs chats, mais le risque d'infection dans l'autre sens est "faible". Diverses études suggèrent que la transmission des animaux domestiques à leurs propriétaires est "peu probable" et manque de preuves.

À Lire Aussi

La Chine toujours réticente à s'exprimer sur la disparition de la tenniswomen Peng Shuai
NPR

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !