Italie : des chiens pour détecter les oliviers attaqués par un parasite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Huile d'olive
Huile d'olive
©Flickr ryanovineyards

Pif

Italie : des chiens pour détecter les oliviers attaqués par un parasite

Dans le sud du pays, la production d'huile d'olive est menacée

À Vivai Giuranna dans la région des Pouilles, dans le sud de l'Italie, le chien Paco recherche Xylella fastidiosa, une bactérie qui ravage les champs d'oliviers du sud de l'Italie depuis une décennie . Paco et quelques autres collègues à quatre pattes forment une équipe hautement qualifiée raconte la BBC.

Xylella fastiodiosa est une bactérie qui obstrue le xylème (les vaisseaux qui transportent l'eau des racines aux feuilles) des arbres et autres plantes ligneuses et les étouffe lentement à mort. Les punaises  propagent la maladie : lorsqu'elles piquent une feuille infectée, les bactéries se déplacent dans leur salive, et les punaises transmettent la maladie lorsqu'elles se nourrissent de leur prochaine plante saine.

Il n'existe aucun remède connu pour cette maladie, et une fois infectée, la plante se dessèche lentement.

 Une fois qu'un arbre infecté est identifié à proximité d'arbres sains , il doit être déraciné et tous les autres arbres dans un voisinage de 50 m doivent être soigneusement inspectés.

Nicola di Noia, agronome de Tarente et directeur général d'Unaprol , le plus grand consortium italien de producteurs d'huile d'olive, comprend bien le danger de Xylella et plaide haut et fort pour son confinement.

En 2020, il a repensé à son expérience passée en tant que carabinier (officier de la gendarmerie italienne), travaillant avec des chiens à détection moléculaire pour découvrir des drogues et des explosifs et s'est souvenu de leurs incroyables compétences olfactives. Et s'ils pouvaient aussi détecter Xylella ? C'est ainsi que tout a commencé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !