Eurovision : pour Marie Myriam, il faut "y aller avec les bonnes chansons !" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La chanteuse Lisa Angell a terminé à la 25e place lors du concours Eurovision de la chanson.
La chanteuse Lisa Angell a terminé à la 25e place lors du concours Eurovision de la chanson.
©

Tout simplement

Eurovision : pour Marie Myriam, il faut "y aller avec les bonnes chansons !"

La dernière Française a avoir remporté l'Eurovision, Marie Myriam, estime que la France ne doit pas quitter le concours.

On remballe ou on y retourne ? Depuis samedi soir et la 25e place (sur 27) de Lisa Angell au concours Eurovision de la chanson, la question se pose pour la délégation française. Dès samedi, Nathalie André, la directrice de l'Unité Jeux et divertissements de France 2, avait lancé "Si tout cela ne dépendait que de moi, j'irai voir les organisateurs et je leur dirais 'Tchao, on ne sera pas l'année prochaine. (...) Je ne sais pas si on méritait de gagner, mais je suis certaine que l'on devait être au moins dans le Top 10 ou le Top 15".

France 2, qui pour la première fois depuis 15 ans diffusait l'évènement (au lieu de France 3), a tenté d'éteindre l'incendie dimanche, en assurant dans un communiqué que "la place de l'émission de TV consacrée au concours de l'Eurovision n'est pas remise en cause". La chaîne indique qu'elle "s'est placée en tête des audiences, en réunissant plus de 4,4 millions de téléspectateurs pour 27,6% part d'audience" et qu'il s'agit "d'un record en part d'audience depuis 2009 pour la diffusion de l'Eurovision".

Ce matin, c'est l'interprète de L'Oiseau et l'enfant et dernière lauréate française, en 1977, Marie Myriam qui a réagi sur RTL : "Est-ce que lorsqu'au foot, on perd une Coupe du Monde, on n'y retourne pas ? C'est la même chose, ce n'est pas parce qu'on ne gagne pas, qu'on ne doit pas participer. Nous sommes l'un des pays fondateurs de ce concours qui est le plus important du monde. Je pense que l'on n'y va pas avec les bons outils. On n'a pas les bonnes chaussures et le bon ballon", a-t-elle déclaré.

La chanteuse souligne un problème de sélection de la chanson, en amont. Dans les autres pays, explique-t-elle,  ce sont les gagnants de télé-crochet qui participent à l'Eurovision. "Le titre est déjà un tube depuis un ou deux mois, avant d'y aller. Si le pays qui envoie une chanson, l'aime déjà, il peut faire croire à l'Europe que cette chanson est bonne. Ce n'est pas le cas chez nous, on n'y croit pas vraiment et c'est ça qui est dommage";

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !