"Référendums" en Ukraine : Veto russe à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Moscou a formellement annexé vendredi les régions ukrainiennes de Donetsk, Louhansk, Zaporijia et Kherson.

VETO

"Référendums" en Ukraine : Veto russe à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU

Au Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie met son veto à la résolution condamnant ses annexions.

Sans surprise, la Russie a utilisé son veto, vendredi 30 septembre, pour empêcher l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant son annexion de quatre régions ukrainiennes. « Vous nous forcez intentionnellement à utiliser notre veto pour pouvoir vous lancer dans des envolées lyriques sur le fait que nous abusons de notre droit », a commenté l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, dénonçant une « action ouvertement hostile de l’Occident ».

En dehors du veto russe, la résolution a recueilli dix voix en sa faveur et quatre pays se sont abstenus – la Chine, l’Inde, le Brésil et le Gabon –, un résultat que les Occidentaux ont décrit comme une preuve de l’isolement de la Russie.

Si le veto russe ne faisait aucun doute, on se demandait ce qu'allait faire la Chine, officiellement neutre mais parfois accusée par les Occidentaux d’être trop conciliante avec la Russie. Comme en février au lendemain de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Chine s’est abstenue vendredi. « Toute action du Conseil de sécurité doit favoriser l’amélioration de la situation et la résolution de la crise, plutôt que d’intensifier les conflits et exacerber la confrontation », a lancé l’ambassadeur chinois Zhang Jun, rappelant que Pékin soutenait la souveraineté et l’intégrité territoriale « de tous les pays ».

Dans les prochains jours, l'Assemblée générale, où aucun des 193 membres n'a de veto, livrera son verdict. 

Euronews - Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !