Mort de Demis Roussos : hommages à la star grecque | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters

Disparition

Mort de Demis Roussos : hommages à la star grecque

Il est mort ce week-end à Athènes à l'âge de 68 ans.

"Rain and tears", voilà sans doute LE tube de Demis Roussos. Devenu une star mondiale avec ce slow des Aphrodite's Child, le chanteur a connu une carrière fantastique. Il est mort ce week-end à Athènes à l'âge de 68 ans.

Très tôt, Demis Roussos s'était fait connaître par sa couleur vocale si particulière, sa capacité à s'envoler dans les aigus, contrastant avec son allure massive. Trompettiste de formation, il est devenu chanteur par hasard, mais a fait partie pendant cinq ans d'un choeur de l'église orthodoxe grecque. Né le 15 juin 1946, Artémios Ventouris Rousos de son vrai nom est un enfant d'Alexandrie, en Egypte, pays dont sont aussi originaires Dalida, Moustaki et Claude François. Sa famille s'y était installée dans les années 20, mais son père, ingénieur, avait du regagner la Grèce en 1961.

Après trois albums enregistrés avec les "Aphrodite's Child", dont le très culte "666", inspiré par l'Apocalypse de St-Jean, le groupe se dissout et Demis Roussos décide de voler de ses propres ailes. Il va dès lors enchaîner les succès tout au long des années 1970-80 : "Forever and ever" (1973), "Good bye my love, good bye" (1973), "My only fascination" (1974), "Mourir auprès de mon amour" (1977) et "Quand je t'aime".

"Avec Nana Mouskouri, ce sont les deux grands artistes populaires grecs, les deux grandes voix qui ont fait connaître la Grèce. On se connaissait depuis que je suis gamin. Il a dépassé les frontières et a rendu un pays fier" a dit Nikos Aliagas. "Demis Roussos avait une voix superbe. Il était toujours content, très optimiste comme les Grecs peuvent l'être. Il a voulu apprendre d'autres langues, respecter d'autres cultures. C'était un artiste, un ami", a déclaré Nana Mouskouri sur RTL. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !