Accord sur les céréales : l'UE "exhorte" Moscou à revenir sur sa décision<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: ILYA PITALEV / SPUTNIK / AFP
Vladimir Poutine.

Vers une famine à grande échelle ?

Accord sur les céréales : l'UE "exhorte" Moscou à revenir sur sa décision

Conclu en juillet dernier, l'accord sur les exportations de céréales a été suspendu par Moscou.

La Russie alimente la pagaille. Moscou a décidé de suspendre l'accord sur les exportations de céréales conclu avec l'Ukraine en juillet dernier, sous l'égide de l'ONU et de la Turquie. Cette décision pourrait de nouveau relancer les craintes sur une possible famine à grande échelle en Afrique et en Asie. La Russie a justifié cette suspension par une attaque de drones qui a visé samedi matin la flotte russe de la mer Noire stationnée dans la baie de Sébastopol, en Crimée annexée.

L'UE "exhorte" Moscou à revenir sur sa décision, qui, selon le président ukrainien "ne date pas d'hier". Volodymyr Zelensky assure qu'au moins 176 navires transportant plus de deux millions de tonnes de céréales étaient déjà bloqués par l'occupant russe.

Huit mille frappes aériennes russes, 4 500 missiles lancés par l’armée du Kremlin sur l’Ukraine depuis le début de la guerre en février dernier, ces chiffres ont été avancés ce samedi par Volodymyr Zelensky qui a aussi dressé le bilan côté ukrainien.

"Depuis samedi 22 octobre, c'est-à-dire en une semaine, plus de 40 drones d'attaque iraniens ainsi qu’un nombre important de missiles russes ont été abattus. S’ajoute à cela, plusieurs avions et six hélicoptères d'attaque de l’occupant. Un tel résultat signifie des centaines de vies ukrainiennes sauvées et des dizaines d'infrastructures préservés", a précisé le président ukrainien lors de son allocution quotidienne.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !