2022 : Valérie Pécresse ne s’imagine pas Première ministre de Xavier Bertrand ou d’Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV / RMC / DR
Valérie Pécresse était l'invitée de la matinale de RMC et BFMTV ce lundi 26 juillet.

Elysée

2022 : Valérie Pécresse ne s’imagine pas Première ministre de Xavier Bertrand ou d’Emmanuel Macron

Valérie Pécresse était invitée sur RMC et BFMTV ce lundi 26 juillet. La présidente de la région Ile-de-France s’est confiée sur ses objectifs politiques suite à l’annonce de sa candidature pour 2022. Elle a aussi été interrogée sur la crise sanitaire.  

Philippe Corbé recevait Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France et candidate à l'élection présidentielle, sur BFMTV et RMC, ce lundi 26 juillet. Alors que Valérie Pécresse vient de se lancer officiellement dans la course pour la présidentielle de 2022, elle réfute l'hypothèse d’un rôle à Matignon en tant que Première ministre d’Emmanuel Macron ou de Xavier Bertrand, seule « la première place » l'intéresse :

« Emmanuel Macron a envoyé cinq ministres contre moi pour me faire battre à cette élection régionale. Nous ne sommes pas sur la même ligne, nous ne sommes pas sur le même logiciel. Je veux remettre de l'ordre, je veux de la sécurité, je veux lutter contre le séparatisme, je veux mettre fin à cette gangrène de l'islamisme radical... (…) Est-ce que vous ne trouvez pas que c'est un peu cliché, la femme en numéro 2, la femme toujours en numéro 2? Pourquoi est-ce que les femmes ne pourraient pas prétendre à la première place? (…) J'ai un projet différent de celui d'Emmanuel Macron, et différent des autres candidats de la droite ».

Valérie Pécresse a déploré la stratégie politique d’Emmanuel Macron :

« Le « en même temps », c'est de l'immobilisme (...) Je suis plus ferme et réformatrice ».

Selon Valérie Pécresse, l'élection de Marine Le Pen à la présidentielle « amènerait le pays au chaos ».

La présidente de la région Ile-de-France a aussi répondu à des questions sur la crise sanitaire. Valérie Pécresse aurait voté en faveur du projet de loi sur le pass sanitaire, estimant qu'il « faut éradiquer le virus »

Elle estime également qu’il « faut respecter les inquiétudes » des anti-vaccins,  « mais notre liberté s'arrête là où commence celle des autres ».

BFMTV - RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !