Rénovation thermique, une illusion face à la crise climatique ? Petits éléments de réponse venus d’Outre-Manche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
L'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel est essentielle pour réduire non seulement la consommation d'énergie mais aussi les émissions de gaz à effet de serre.
L'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel est essentielle pour réduire non seulement la consommation d'énergie mais aussi les émissions de gaz à effet de serre.
©Daniel LEAL / AFP

Atlantico Green

Rénovation thermique, une illusion face à la crise climatique ? Petits éléments de réponse venus d’Outre-Manche

Une étude consacrée à l'efficacité des mesures d'efficacité énergétique montre que les gains énergétiques, pour certaines catégories de ménages, sont faibles : l'isolation peut, par exemple, être vue comme un moyen de rendre les logements plus chauds, sans augmenter la consommation réelle mais sans la réduire non plus.

Cristina Peñasco

Cristina Peñasco

Cristina Peñasco est professeure associée en politique publique au département de politique et d'études internationales de l'université de Cambridge et directrice d'études en économie au Queens' College de Cambridge. Elle est également membre du Centre pour l'environnement, l'énergie et la gouvernance des ressources naturelles (C-EENRG) hébergé par le département d'économie foncière, et chercheuse associée du Bennett Institute for Public Policy (Université de Cambridge). 

Voir la bio »

Atlantico : Vous venez de publier une étude intitulée "Évaluation de l'efficacité des mesures d'efficacité énergétique dans la consommation de gaz du secteur résidentiel par le biais d'effets de traitement dynamiques : données d'Angleterre et du Pays de Galles". Qu'avez-vous étudié exactement ?

Cristina Peñasco : L'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel est essentielle pour réduire non seulement la consommation d'énergie mais aussi les émissions de gaz à effet de serre, afin d'atteindre les objectifs nationaux et les engagements de l'accord de Paris. La plus grande partie de la consommation d'énergie des ménages provient du chauffage des locaux et de l'eau. Le gaz est toujours la principale source utilisée par les ménages au Royaume-Uni pour le chauffage. En raison de ces faits, l'étude analyse les changements dans la consommation de gaz résidentiel avant et après l'adoption de deux types de mesures d'efficacité énergétique, en particulier, les murs creux et l'isolation des combles, en comparant également les différences entre les ménages qui ont adopté des mesures et ceux qui ne l'ont pas fait.

Quelles sont les différentes méthodes pour améliorer l'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel ? Quels sont les gains énergétiques pour un ménage ?

 Il existe de multiples façons d'améliorer l'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel. Si nous parlons de l'énergie en général, y compris l'électricité et le gaz pour l'éclairage, les appareils électroménagers et le chauffage, les ménages peuvent remplacer leurs vieux appareils électroménagers par des appareils à haut rendement, ils peuvent remplacer leurs ampoules traditionnelles par des ampoules LED, etc. En ce qui concerne le chauffage, ils peuvent isoler les combles et installer des murs creux, ce que nous analysons dans notre document, mais ils peuvent aussi remplacer leurs vieilles chaudières à gaz par des pompes à chaleur électriques plus efficaces, installer des fenêtres à double vitrage, mettre en place d'autres types d'isolation, remplacer les thermostats par des thermostats numériques qui permettent de contrôler la température de la pièce de manière plus précise, utiliser des compteurs intelligents pour gérer activement leur demande, etc. De nombreux gouvernements financent et facilitent désormais l'installation de mesures d'efficacité énergétique dans les bâtiments résidentiels. Dans notre étude, nous constatons une réduction réelle de la consommation d'énergie après l'installation de deux types de mesures d'efficacité énergétique. Pourtant, il semble que les gains s'estompent avec le temps. Si les ménages rendent leur maison économe en énergie et qu'ils apprennent à maintenir ces niveaux d'efficacité grâce à une gestion active de la demande, les ménages peuvent en tirer un double avantage : réduire la consommation et donc dépenser moins en factures d'énergie, mais aussi, pour les ménages dont le problème est de garder la maison suffisamment chaude, atteindre des niveaux d'autosuffisance énergétique. 

À Lire Aussi

Un 26 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

Vous montrez que l'effet ne dure pas à long terme et que les économies d'énergie disparaissent. Qu'est-ce qui peut expliquer cela ?

Compte tenu des données disponibles, nous ne pouvons pas confirmer toutes les causes qui ont entraîné cet effet, et nous ne pouvons qu'émettre des hypothèses sur les raisons de ce phénomène. Des recherches supplémentaires sont nécessaires à ce sujet, mais nous supposons qu'elles pourraient être liées à la dégradation de la technologie et/ou à des aspects liés au comportement des occupants. Il est intéressant de noter que la période pendant laquelle nous voyons les installations d'efficacité énergétique générer une consommation de gaz coïncide approximativement avec le temps de retour sur investissement pour ces types d'installations. Pour les ménages des zones défavorisées, par exemple, il est possible que les maisons ne soient pas assez chaudes pour le confort humain et que l'isolation soit un moyen de les rendre plus chaudes sans augmenter la consommation réelle mais sans voir de réduction non plus. C'est un effet étudié depuis longtemps dans les études d'économie d'énergie et de l'environnement et que l'on appelle le paradoxe de Jevons. Sur cette base, nous soulignons l'importance d'explorer les aspects liés à l'économie comportementale et à la psychologie du consommateur lors de la conception d'instruments politiques visant à stimuler l'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel.

 Cela signifie-t-il que les mesures d'efficacité énergétique et les rénovations ne peuvent pas avoir d'impact sur le réchauffement climatique ?

Non, absolument pas. Les mesures d'efficacité énergétique peuvent avoir un impact sur la réduction des émissions et donc sur la diminution des émissions de GES du secteur résidentiel. Nous avons besoin de mesures d'efficacité énergétique, par exemple une bonne isolation. Mais cela est nécessaire mais pas suffisant : l'installation de pompes à chaleur, les instruments politiques doux et les politiques visant à surmonter les obstacles administratifs et/ou non financiers dans les ménages sont essentiels pour changer les comportements dans la façon dont les gens utilisent et interagissent avec les mesures d'efficacité énergétique.

À Lire Aussi

Pourquoi la précarité énergétique ne faiblit pas en France

Devons-nous nous inquiéter particulièrement du fait que les méthodes d'isolation ne sont pas aussi efficaces dans les quartiers huppés que dans les zones défavorisées ?

Nous devrions y prêter attention, mais en adoptant un point de vue positif. Les méthodes d'isolation ne sont peut-être pas aussi efficaces pour réduire la consommation d'énergie dans les zones défavorisées, mais elles ont la capacité de réduire la pauvreté énergétique dans ces quartiers. L'efficacité énergétique est une mesure nécessaire mais insuffisante en soi si l'objectif est de réduire la consommation d'énergie des ménages sur le long terme. Pourtant, elle permet de rendre les ménages vulnérables moins exposés aux variations du prix du gaz et de réduire la précarité énergétique. Nous devons simplement réfléchir un peu mieux à la stratégie politique à adopter pour exploiter pleinement le potentiel de l'efficacité énergétique.

Quelles sont les implications de vos résultats ?

Il y a plusieurs implications découlant de l'analyse. Premièrement, nous avons besoin d'effets durables des mesures d'efficacité énergétique. Étant donné que nous constatons principalement des réductions de la consommation d'énergie à court terme, nos résultats soulignent la nécessité d'intégrer pleinement le comportement humain dans la modélisation ex ante de la consommation d'énergie et de compléter les instruments financiers et réglementaires de la politique d'efficacité énergétique par des instruments non contraignants afin de promouvoir les changements de comportement nécessaires pour réaliser le plein potentiel d'économie de l'adoption d'améliorations de l'efficacité énergétique.

À Lire Aussi

Rénovation énergétique : tout ce qu'il faut savoir pour la financer chez vous et pour échapper aux escrocs

Deuxièmement, les politiques d'efficacité énergétique peuvent avoir un impact positif sur la réduction de la pauvreté énergétique, au lieu de réduire la consommation d'énergie dans certains groupes de ménages. Il s'agit d'une implication importante, et elle est pertinente pour la conception de mesures ciblant différents groupes et objectifs politiques, par exemple, la réduction de la pauvreté énergétique par rapport aux économies d'efficacité énergétique.

Ainsi, dans l'ensemble, les mesures d'efficacité énergétique sont essentielles mais insuffisantes si l'objectif est de décarboniser le secteur résidentiel. D'un point de vue politique, nous concluons qu'il est nécessaire d'établir des politiques énergétiques plus personnalisées adaptées à un ensemble plus large de caractéristiques des ménages.

À Lire Aussi

Comment la crise du Covid-19 remet sur le devant de la scène le sujet de la rénovation énergétique de nos logements

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !