Le propre de l'Homme revisité en 14 chiffres ; La Nasa veut chercher de l'eau sur la Lune... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Depuis des milliers d’années au moins, l’espèce humaine cherche à se distinguer du reste du monde animal.
Depuis des milliers d’années au moins, l’espèce humaine cherche à se distinguer du reste du monde animal.
©Reuters

Atlantico sciences

Le propre de l'Homme revisité en 14 chiffres ; La Nasa veut chercher de l'eau sur la Lune...

Et aussi : Les satellites Metop-SG ne deviendront jamais des débris spatiaux.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Le propre de l'Homme revisité en 14 chiffres

Depuis des milliers d’années au moins, l’espèce humaine cherche à se distinguer du reste du monde animal. Mais la frontière est bien plus ténue qu’on pourrait le penser de prime abord. Malgré tout, il nous reste quelques spécificités

Qu’est-ce que le propre de l’Homme ? La question interpelle les esprits les plus sages depuis bien des millénaires. Peut-être même nos ancêtres préhistoriques s’interrogeaient-ils également à ce sujet. Le fait est que les premières évidences d’antan, comme le rire, ne suffisent plus à nous distinguer des autres animaux, parce que nous partageons avec eux de nombreuses caractéristiques. Mais comme chaque espèce dispose de ses spécificités, l’Homme aussi possède ses propres atouts…

Lire la suite sur Futura Sciences

Un trou noir intermédiaire surpris à dévorer une étoile

On connaît encore un petit nombre de trous noirs intermédiaires. Si l'on ne comprend pas bien leur origine, on pense que leur coalescence lors de fusions galactiques pourrait expliquer comment naissent les trous noirs supermassifs. Un de ces trous noirs intermédiaires aurait trahi son existence en détruisant une étoile. Les traces de son crime ont été observées en rayons X de 1999 à 2005 par le satellite Chandra.

Depuis une vingtaine d’années, les observations dans le domaine des rayons X avec des satellites comme Chandra, Rossi X-ray Timing Explorer et XMM Newton ont fourni des raisons très convaincantes de croire à l’existence des trous noirs avec leur horizon des événements. L’étude du trou noir central de la Voie lactée, Sagittarius A*, a elle aussi contribué à asseoir la théorie des trous noirs des années 1960 à 1970 sur des bases observationnelles plus solides. On va tout de même chercher des écarts aux prédictions de la théorie de la relativité générale concernant ces astres compacts avec le projet eLisa. Les astrophysiciens ont donc de bonnes raisons de ne pas être troublés par les récentes déclarations de Stephen Hawking au sujet des trous noirs.

Lire la suite sur Futura Sciences

Les satellites Metop-SG ne deviendront jamais des débris spatiaux

Alors que le Comité interagence de coordination des débris spatiaux recommande de prévoir pour tout satellite en orbite basse un retour dans l’atmosphère en moins de 25 ans de façon naturelle, l’Agence spatiale européenne va plus loin avec ses futurs satellites Metop-SG. Elle les dotera d’une capacité de rentrée atmosphérique contrôlée, de sorte qu’ils seront désorbités dès la fin de leur mission.

Lors de sa traditionnelle conférence de presse de début d’année, Jean-Jacques Dordain, le directeur général de l'Agence spatiale européenne, a confirmé que les satellites Metop de deuxième génération (Metop-SG) auront une capacité de rentrée atmosphérique contrôlée. Ils seront les premiers satellites de ce type à être conçus pour une désorbitation active avec une réserve d'ergols triplée.

Lire la suite sur Futura Sciences

Ciel du mois : lumière zodiacale, Pallas en opposition et delta-Léonides

Nous nous engageons dans le deuxième mois de l’année, qui ne nous réserve que trois phases de Lune. Vous pourrez admirer le maximum météoritique des delta-Léonides, la lumière zodiacale, la Lune qui se couche dans l'axe de l'Arc de Triomphe, la planète mineure Pallas en opposition, ainsi qu’une belle lumière cendrée de la Lune. Bien entendu, divers rapprochements entre notre satellite et des étoiles ou des planètes sont aussi au programme. Bonnes observations.

Lire la suite sur Futura Sciences

La Nasa veut chercher de l'eau sur la Lune

Avec l'Agence spatiale canadienne, la Nasa projette d'expédier un rover sur la Lune en 2018 pour analyser le régolithe (qui compose le sol) et de tester l'extraction de composés, notamment de l'eau. L'expérience validerait l'idée d'exploiter sur la Lune ou sur Mars les ressources locales pour produire de quoi faire vivre les astronautes (eau et oxygène), voire de fabriquer sur place les ergols nécessaires au retour.

Près de 60 ans après le début de la conquête spatiale, l’Homme n’a toujours pas quitté sa planète. Certes, il s’est aventuré à plusieurs reprises sur la Lune (missions Apollo) et tourne en orbite autour de la Terre à bord de la Station spatiale internationale, mais aucun voyage habité vers des destinations plus lointaines. Les initiatives privées qui se mettent en place, comme celles d'Inspiration Mars ou Mars One, se trouvent confrontées à des difficultés de financement et à l’absence de technologies clés comme celles de l’utilisation des ressources in situ.

Lire la suite sur Futura Sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !