Ce weekend, la Nuit des étoiles sous le signe des comètes ; Le grisou comme alternative au gaz de schiste ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Ce week-end a lieu la nuit des étoiles
Ce week-end a lieu la nuit des étoiles
©

Atlantico Sciences

Ce weekend, la Nuit des étoiles sous le signe des comètes ; Le grisou comme alternative au gaz de schiste ?

Et aussi : Selon HP, 70 % des objets connectés contiennent des failles de sécurité; Le sable du Sahara fait croître... les Bahamas; Vers une sixième extinction de masse ?

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Ce weekend, la Nuit des étoiles sous le signe des comètes

Ne manquez pas les 1er, 2 et 3 août la nouvelle édition de la Nuit des étoiles. Partout en France et de nombreux sites en Europe et en Afrique, des astronomes vous attendent pour partager avec vous leurs observations des douces nuits d’été. À l’occasion du rendez-vous de la sonde spatiale Rosetta avec sa comète le 6 août prochain, l’Afa et ses partenaires ont placé cette manifestation sous l’égide de ces corps glacés qui voyagent dans notre système solaire.

Les 1er, 2 et 3 août 2014, l’Association française d’astronomie (Afa) vous donne rendez-vous aux quatre coins de la France et divers pays d’Europe ou d’Afrique, pour sa 24e édition de la fameuseNuit des étoiles. Que vous soyez curieux ou passionnés, débutants ou confirmés, il y a certainement un près de chez vous (voir carte) qui, le temps d’un beau weekend d’été, ouvrira ses portes pour partager avec vous, votre famille ou vos amis leurs observations du ciel étoilé. Place à l’exploration directe du cosmos, un peu plus prés des étoiles…

Lire la suite sur Futura sciences

En bref, le grisou comme alternative au gaz de schiste ?

Dans le sous-sol français, le gaz de schiste, actuellement interdit d’exploitation, n'est pas la seule alternative aux sources classiques d'hydrocarbures. Présent dans les anciens bassins miniers de Lorraine et du Nord-Pas-de-Calais, le gaz de charbon serait une piste prometteuse pour quelques années. Le redouté grisou pourrait donc devenir utile, le temps de la transition énergétique.

Depuis que l'entreprise EGL (European Gas Limited), laquelle dispose de plusieurs permis d'exploitation en France métropolitaine, a estimé à environ 370 milliards de mètres cubes la quantité récupérable de « gaz de charbon », ou gaz de houille, la question de cette ressource est relancée. Ce gaz qui n'est autre que le grisou est constitué à 95 % de méthane et se trouve inclus dans les veines de charbon en Lorraine et dans le Nord-Pas-de-Calais. C'est ce qu'explique l’article Du gaz en France publié dans le Journal du CNRS, qui s’est intéressé aux enjeux de ce « gaz vert ».

Lire la suite sur Futura sciences

Selon HP, 70 % des objets connectés contiennent des failles de sécurité

Alors que la déferlante des objets connectés ne fait que commencer, Hewlett-Packard a voulu évaluer le niveau de sécurité des appareils les plus répandus tels que les téléviseurs, l’électroménager ou les accessoires domotiques. Bilan : 70 % d'entre eux présenteraient de nombreuses vulnérabilités qui pourraient être facilement exploitées par des pirates...

L’Internet des objets est le concept en vogue qui nous promet un futur où nous vivrons entourés de capteurs et appareils électroniques capables de communiquer entre eux et d’être contrôlés à distance. Nous parlons de téléviseurs, d'électroménager, de capteurs et appareils domotiquesconnectés, de vêtements et d'accessoires intelligents. Cela représente un marché au potentiel de croissance énorme qui marque le deuxième chapitre de la révolution mobile après celui dessmartphones et des tablettes. Selon une projection du cabinet Gartner sur 2020, le parc installé des objets connectés représentera 26 millions d’unités pour un chiffre d’affaires global de 300 milliards de dollars. De quoi aiguiser l'appétit des fabricants qui tiennent un relais de croissance pour la décennie à venir.

Lire la suite sur Futura sciences

Le sable du Sahara fait croître... les Bahamas

Une nouvelle étude conduite par des géologues de l’université de Miami suggère que les poussières du Sahara ont joué un rôle majeur dans la formation des îles Bahamas. Riches en fer, elles auraient littéralement fertilisé la mer peu profonde recouvrant cette plateforme carbonatée, permettant à des cyanobactéries de proliférer. En se développant, ces organismes produisent indirectement du carbonate de calcium qui précipite.

La beauté de l’archipel des Bahamas, entre la mer des Antilles et celle des Sargasses, est célèbre. On y trouve notamment les fameux trous bleus, des cavernes sous-marines formées par l’effondrement des toits de grottes creusées par l’érosion dans un relief karstique. Ces îles sont en effet la partie émergée d’une vaste plateforme carbonatée qui a commencé à se former au moins depuis le début du Crétacé. Des campagnes de carottages ont même permis de trouver des dépôts de carbonate datant du Jurassique supérieur à 5 km de profondeur. Durant les récentes périodes glaciaires, le niveau des océans étant plus bas de 120 m, le plateau calcaire constituant aujourd’hui les Bancs des Bahamas était donc à l’air libre et soumis à l’érosion.

Lire la suite sur Futura sciences

Vers une sixième extinction de masse ?

Des scientifiques internationaux s'inquiètent des premiers signes possibles d'une extinction en masse d'espèces qui serait la sixième dans l'histoire de la Terre. Vertébrés et invertébrés sont concernés. Principales causes envisagées : des changements affectant l'habitat des animaux et le climat.

La biodiversité actuelle, résultat de 3,5 milliards d’années d’évolution, a-t-elle atteint un point critique ? Dans un article paru dans Science, une équipe internationale de scientifiques s’inquiète d’une large vague de disparition d’espèces animales. Celle-ci pourrait représenter le signe d’uneextinction en masse d’espèces, la sixième que connaîtrait la planète.

Lire la suite sur Futura sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !