Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le logo Apple est visible sur une vitrine du magasin de la société à Bangkok le 5 mars 2021.
Le logo Apple est visible sur une vitrine du magasin de la société à Bangkok le 5 mars 2021.
©Mladen ANTONOV / AFP

La Minute Tech

AirTags: voilà comment les balises de localisation d’Apple peuvent faciliter le harcèlement et la surveillance cachée

Éclaircissements sur ce nouveau produit Apple qui exploite son réseau d’appareils pour retrouver vos objets perdus.

Jérôme Durel

Jérôme Durel

Jérôme Durel est journaliste et responsable éditorial pour le groupe Humanoid, éditeur de FrAndroid et Numerama. 

Voir la bio »

Atlantico : Pensez-vous que les balises AirTags peuvent représenter un danger pour la vie privée ?  Il y a-t-il réellement un manque de sécurité ?

Jérôme Durel : Je ne pense pas qu'il y ait de risques à proprement parler pour notre vie privée, on peut imaginer qu'Apple a essayé de se prémunir au maximum des risques. Ce qu'il faut bien comprendre avec le AirTag, c'est que ce n'est pas un objet qui sert à suivre quelque chose, mais c'est un objet qui sert à savoir si quelque chose n'est plus là. Ça peut paraître anodin, mais c'est une différence importante en termes de raisonnement.

L'objet en lui-même n'est pas une balise GPS qui vous triangule pour trouver votre position en tout temps, il se base sur un signal de courte portée qui s'appuie sur la galaxie de matériel Apple dans le monde, où l'information de position relative sera envoyée aux serveurs Apple pour ensuite revenir sur votre téléphone. En somme, aucune information ne transite via des satellites tiers, de ce fait, nous n'avons pas de suivi continu de positionnement en temps réel, comme une voiture pourrait en avoir via un GPS.

Autre point relatif à la sécurité, lorsque que le AirTag s'éloigne trop loin de l'appareil utilisateur, il sonne. Ainsi, un AirTag placé discrètement dans un sac ou une poche serait très vite découvert. Aussi, vous devriez recevoir une alerte sur votre téléphone pour vous prévenir que vous vous éloignez du produit.

À Lire Aussi

Données personnelles : la guerre Apple contre Facebook fait rage et voilà pourquoi elle vous concerne de près

Pourrions-nous y voir un nouveau moyen de marchandisation d’informations personnelles pour les GAFA ?

Cela me paraît peu probable, la plupart des données qui transitent ne sortent pas des appareils auxquels ils sont liés, elles ne sont vraisemblablement pas envoyées à Apple. La seule personne qui a connaissance de la position, c'est l'utilisateur. En revanche, l'information transite effectivement par le cloud, et donc les serveurs d'Apple. Toutefois, l'information est chiffrée et Apple n’a pas la possibilité d’y accéder. A fortiori, elle ne pourrait donc pas donner les accès à ces informations pour Facebook et Google.

Pourrait-on être confronté à des détournements malveillants ou du piratage ?

C'est une possibilité, il ne faut pas confondre l'utilisation normale et un éventuel hack. En informatique, rien n'est impénétrable, ça n'existe pas, en revanche, pour arriver à détourner un AirTag et suivre un utilisateur à son insu, la tâche serait d'une inénarrable difficulté, et sans grand intérêt.

À Lire Aussi

Ransomware : les cyber criminels passent au double cryptage des données piratées pour faire payer deux fois leurs victimes

Si votre objectif c'est de suivre quelqu'un, il vous sera probablement plus facile d'utiliser une balise GPS placée discrètement dans un sac et qui fera un suivi du positionnement en temps réel.

Selon vous, le bas prix, ainsi que la facilité d’utilisation et le peu de sécurités pour prévenir des utilisations malveillantes des AirTags, faciliteraient-ils l’accès à la surveillance chez les particuliers ?

Si vous êtes des services secrets, de la NSA, vous aurez sûrement déjà un matériel qui est bien plus sophistiqué et adapté à cet usage qu'un AirTag.

Mais si vous êtes un mari jaloux qui veut suivre les déplacements de sa femme, ce ne sera probablement pas à votre portée d'un point de vue technique. J'appuie sur ces deux points ; on sait qu'Apple passe par des protocoles sécurisés qui ne transitent à peu de choses près que sur son propre réseau, et que le AirTag se lie uniquement au téléphone de son propriétaire, ce qui réduit les possibilités d'utilisation malveillante.

À Lire Aussi

Cybercriminalité : la France est l'un des pays les plus exposés aux risques de rançongiciels

On imagine que chez un particulier qui voudrait surveiller quelqu'un, ce serait quasi-impossible à mettre en place, et si ça l'était, ce serait peu utile. Il y aurait des solutions bien plus élégantes et mieux prévues pour accéder aux informations personnelles de quelqu'un.

Je pense qu'Apple a très bien conçu son produit dans le cas de ces AirTags, ils savent à quel point les questions de vie privée tiennent à leurs clients.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !