Vol Ryanair détourné : le Bélarus est accusé de « piraterie » et de « terrorisme » d’Etat après l’arrestation du journaliste et opposant Roman Protassevitch   | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Une photos prise à Minsk le 25 mars 2012 de l'ancien rédacteur en chef d'une chaîne d'opposition biélorusse, Roman Protassevitch, lors du rassemblement Freedom Day.
Une photos prise à Minsk le 25 mars 2012 de l'ancien rédacteur en chef d'une chaîne d'opposition biélorusse, Roman Protassevitch, lors du rassemblement Freedom Day.
©STR / AFP

Minsk

Vol Ryanair détourné : le Bélarus est accusé de « piraterie » et de « terrorisme » d’Etat après l’arrestation du journaliste et opposant Roman Protassevitch  

Le sort de Roman Protassevitch a suscité de vives réactions de la communauté internationale envers le Bélarus. Ce journaliste a été arrêté ce week-end. Le Boeing 737-8AS de Ryanair dans lequel il voyageait a été immobilisé sur le tarmac de l’aéroport de Minsk, après avoir effectué un atterrissage d’urgence sous la menace d’un chasseur Mig-29 de l’armée de Biélorussie.

Accusé de « piraterie », voire de « terrorisme » d’État, le Bélarus, ex-république soviétique aux portes de l’Union européenne, a reçu le soutien de son allié russe et a assuré avoir agi en toute légalité. Plusieurs capitales européennes et des compagnies aériennes ont mis lundi sur liste noire l’espace aérien du Bélarus, sous pression croissante pour avoir intercepté un vol commercial à bord duquel se trouvait l'opposant biélorusse Roman Protassevitch qui a été arrêté et placé en détention provisoire à Minsk.

L'opposant bélarusse a affirmé ce lundi collaborer avec les enquêteurs, dans une vidéo diffusée à la télévision publique. Roman Protassevitch, âgé de 26 ans, est l'ancien rédacteur en chef de l'influent média d'opposition Nexta, qui a joué un rôle clé dans l'organisation d'un mouvement de protestation historique contre Alexandre Loukachenko, en 2020.

Roman Protassevitch, interpellé après le détournement d'un avion de ligne à Minsk, est actuellemnt en détention provisoire dans une prison de Minsk, a indiqué lundi la porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Dimanche, il a été interpellé à Minsk avec sa compagne, Sofia Sapéga, à la descente d'un vol Ryanair entre Athènes et Vilnius, qui a été détourné vers le Bélarus. L'avion avait été forcé d'atterrir à la suite d'une alerte à la bombe qui s'est ensuite révélée fausse. Les puissances occidentales et l'opposition ont fermement dénoncé cet incident, accusant Minsk de « piraterie », voire de « terrorisme » d'Etat pour avoir fait arrêter un militant dans ces conditions.

Estimant que le détournement d’un vol de Ryanair pour une alerte à la bombe était un prétexte, les puissances occidentales ont dénoncé une manoeuvre pour arrêter à la descente de l’avion le journaliste d’opposition.

Un sommet de l’Union européenne est organisé ce lundi soir et mardi. De possibles sanctions contre Minsk sont envisagées.

Selon des informations de l’AFP, un chasseur MiG-29 a décollé dimanche sur ordre personnel du président bélarusse Alexandre Loukachenko pour intercepter le vol FR4978 de Ryanair effectuant la liaison Athènes-Vilnius et qui se trouvait à ce moment-là au-dessus du Bélarus. Le vol a été contraint de se poser à Minsk puis est reparti pour sa destination. Mais entre-temps, la police bélarusse a procédé à l’arrestation de Roman Protassevitch et de sa petite amie, Sofia Sapéga, qui se trouvaient à bord. L’opposant est poursuivi pour l’organisation de « troubles massifs ». Il pourrait risquer la peine de mort.

L’Union européenne, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont convoqué depuis les ambassadeurs bélarusses. Des sanctions devraient être prises dans les prochains jours à l’égard du Bélarus suite à l'arrestation de Roman Protassevitch.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !