Valérie Pécresse, fatiguée et atteinte moralement, se remet<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valérie Pécresse
Valérie Pécresse
©BERTRAND GUAY / AFP

Selon Le Monde, Valérie Pécresse en veut à la terre entière.

Selon Le MondeValérie Pécresse en veut à la terre entière. Aux élus du parti, qui se sont « planqués ». A ses « mousquetaires », Xavier Bertrand et Eric Ciotti, qui ont « joué perso ». Aux réseaux sociaux, qui l’ont moquée. Aux « vautours » qui ont chroniqué sa chute. Pour un peu, elle en voudrait même aux électeurs de droite qui ont voté Macron au dernier moment, affolés par la perspective d’un second tour Le Pen-Mélenchon et qu’elle a semblé morigéner, le 11 avril devant le siège du parti, en leur demandant de l’aider « d’urgence » à boucler le financement de sa campagne. 

« Avant le 15 mai ! », a précisé, la voix blanche, la candidate, personnellement endettée à hauteur de 5 millions d’euros« On ne peut pas lui en vouloir. Pour elle, c’était un coup de massue », la défend le député Robin Reda, alors que cet appel au don improvisé, juste avant un comité stratégique de LR, a parfois été jugé abrupt et maladroit.

Après son mauvais score à la présidentielle, s’est envolée pour l’Espagne. Son mari et ses enfants lui ont offert un séjour dans un centre de remise en forme, luxueux. En dehors des heures de soins, elle est peu sortie de sa chambre, d’où elle appellait ses collaborateurs pour suivre les progrès du « Pécressethon ».

« Elle était très fatiguée », glisse un élu cité par Le Parisien. Et aussi atteinte moralement. Si rien ne transparaît en public, « elle a été blessée d’avoir été ridiculisée pendant la campagne », confie une élue proche, alors que les réseaux sociaux n’ont pas été tendres. Tant après son meeting du Zénith raté qu’à la suite de son appel aux dons.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !