Un malade du Covid sur trois victime de troubles neurologiques ou psychiatriques dans la période de six mois qui suit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Hôpital
Hôpital
©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Coronavirus

Un malade du Covid sur trois victime de troubles neurologiques ou psychiatriques dans la période de six mois qui suit

Ce bilan s'appuie sur les dossiers médicaux de plus de 200.000 personnes

"Résultats neurologiques et psychiatriques à 6 mois chez 236379 survivants du COVID-19: une étude de cohorte rétrospective utilisant des dossiers de santé électroniques" Un travail publié dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry montre qu'un malade du Covid sur trois est atteint, dans les six mois qui suivent sa maladie, d'anxiété (17%) et de troubles de l'humeur (14%).

Les auteurs expliquent : "Nous avons estimé l'incidence de 14 résultats neurologiques et psychiatriques dans les 6 mois suivant un diagnostic confirmé de COVID-19: hémorragie intracrânienne; accident vasculaire cérébral ischémique; parkinsonisme; Le syndrome de Guillain Barre; troubles des nerfs, des racines nerveuses et des plexus; jonction myoneurale et maladie musculaire; encéphalite; démence; troubles psychotiques, de l'humeur et anxieux (groupés et séparément); trouble lié à l'usage de substances; et l'insomnie."

Si le risque au niveau individuel de la plupart de ces troubles neurologiques et psychiatriques est faible, l'impact peut être "considérable" pour le systèmes de santé en raison de l'ampleur de la pandémie,selon le professeur Paul Harrison de l'Université d'Oxford, Royaume-Uni cité par France 24

D'autant plus que souvent ces troubles sont "chroniques". Il faudrait donc que les systèmes de santé soient dotés de ressources pour faire face à cette situation

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !