Ukraine: une vague de froid risque de transformer les tanks russes à l'arrêt, aux portes de Kiev, en congélateurs de 40 tonnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Char russe en Ukraine
Char russe en Ukraine
©Konstantin Mihalchevskiy / AFP

Guerre

Ukraine: une vague de froid risque de transformer les tanks russes à l'arrêt, aux portes de Kiev, en congélateurs de 40 tonnes

La température pourrait descendre jusqu'à - 20°

Les troupes russes bloquées dans le convoi de chars et de véhicules blindés de 60 km de long bloqué à la périphérie de Kiev pourraient mourir de froid dans leurs véhicules cette semaine alors que les températures devraient chuter selon le quotidien britannique The Daily Mail.

Une vague de froid prononcée en Europe de l'Est verra les températures chuter à -10 ° C pendant la nuit au milieu de la semaine autour de Kiev et de Kharkiv - jusqu'à -20 ° C lorsque le refroidissement éolien est pris en compte.

Les conditions glaciales devraient aggraver encore une situation difficile pour les envahisseurs, qui sont coincés à environ 30 km de Kiev depuis des jours au milieu de problèmes mécaniques, de problèmes d'approvisionnement en carburant et d'une solide résistance ukrainienne.

L'ancien major de l'armée britannique Kevin Price a déclaré que les chars des occupants ne deviendraient rien de plus que des "congélateurs de 40 tonnes" à mesure que le mercure chutera, commentant que les conditions difficiles détruiraient le moral des troupes non préparées à une guerre de type arctique.

Price a aussi déclaré que la vie des soldats russes qui ne s'attendaient pas à être confrontés à des températures aussi basses en mars allait devenir "incroyablement dure", tandis que Glen Grant, expert principal de la défense à la Baltic Security Foundation, a déclaré qu'un char "n'est qu'un réfrigérateur la nuit si vous ne faites pas tourner le moteur », ce que les Russes ne peuvent tout simplement pas se permettre compte tenu de la rareté du carburant.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !