Covid-19, suspension du pass et du masque : pourtant ses propres conditions annoncées ne sont pas atteintes reconnaît Olivier Véran | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Olivier Véran
Olivier Véran
©Capture d'écran France Info

Coronavirus

Covid-19, suspension du pass et du masque : pourtant ses propres conditions annoncées ne sont pas atteintes reconnaît Olivier Véran

Cela va monter, on risque d’atteindre 120 000 / 150 000 contaminations par jour d'ici la fin mars

 La levée des principales restrictions contre le coronavirus est intervenue le 14 mars, bien que les indicateurs sanitaires ne correspondent pas tout à fait à ceux fixés par le gouvernement pour alléger les mesures a reconnu Olivier Véran mercredi matin sur France Info.

En levant l'essentiel des restrictions, lundi, le gouvernement a, pourtant, "pris la bonne décision", a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran, et ce même si la France, à l'heure actuelle, fait face à un rebond épidémique.

"Ce que nous disent les modèles de l'Institut Pasteur, c'est qu'effectivement ça va monter jusqu’à la fin mars, on risque d’atteindre 120 000 / 150 000 contaminations par jour, et ensuite on s’attend à une décroissance", convient Olivier Véran, invité de France Info. Le ministre de la Santé affirme toutefois qu'"on n’a pas de risque de saturation des hôpitaux".

"Si vous me posez la question de savoir s'il y avait une corrélation entre le fait qu'on ait levé des restrictions et le rebond épidémique, je vous dirais 'regardez l'Allemagne, regardez l'Italie !'", a-t-il lancé. Ces deux pays, voisins de la France, "connaissent un rebond épidémique alors qu'ils ont maintenu le pass sanitaire et parfois le pass vaccinal" et "qu'ils ont maintenu le port du masque dans les lieux fermés. En Italie c'est même le FFP2 qui est obligatoire dans les commerces!", a ajouté Olivier Véran.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !