Russie : la candidature de l'opposant Alexeï Navalny à la présidentielle rejetée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Russie : la candidature de l'opposant Alexeï Navalny à la présidentielle rejetée
©Reuters

Démocratie ?

Russie : la candidature de l'opposant Alexeï Navalny à la présidentielle rejetée

L’opposant numéro un à Vladmir Poutine, Alexeï Navalny, a vu sa candidature à la présidentielle rejetée en raison d’une condamnation de justice qu'il dénonce comme "fabriquée".

La manifestation de ce dimanche 24 décembre, lors de laquelle Alexeï Navalny a incité plusieurs milliers de personnes dans les rues, n'a pas réussi à infléchir la décision de la Commission électorale russe. Celle-ci a rejeté ce lundi la candidature de l’opposant à Vladimir Poutine, qui souhaite se présenter à la présidentielle du 18 mars 2018, lors de laquelle Vladimir Poutine va briguer un quatrième mandat.

Réunie publiquement, la Commission a voté à l’unanimité pour refuser le dossier présenté ce dimanche par le candidat. Il avait annoncé avoir obtenu le ralliement de 742 personnes, au-dessus du seuil des 500 nécessaire pour pouvoir se présenter.

"Nous allons appeler tout le monde à boycotter ces élections, nous ne reconnaîtrons pas les résultats", a aussitôt commenté le juriste de 41 ans. », a aussitôt annoncé Alexeï Navalny à la presse.

La présidente de la Commission, Ella Pamfilova a expliqué que cette décision vise à faire respecter la loi. En effet, en octobre Alexeï Navalny a été déclaré inéligible jusqu’en 2028 par la Commission électorale centrale en raison d’une condamnation de justice pour détournement de fonds. "Il est évident que ces affaires ont été fabriquées pour ne pas me laisser me présenter", a dénoncé M. Navalny lors des débats publics précédant la décision, s'appuyant sur une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) allant dans son sens.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !