Pour Xavier Bertrand, "il y a un vrai risque de guerre civile" en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand.
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand.
©Ludovic MARIN / AFP / POOL

Insécurité

Pour Xavier Bertrand, "il y a un vrai risque de guerre civile" en France

Le candidat de droite à l'élection présidentielle a affirmé ce dimanche qu'il se battra contre "l'amalgame" entre "les islamistes et les musulmans".

Invité ce dimanche 19 septembre de l'émission "Le Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro, le candidat déclaré à l'élection présidentielle, Xavier Bertrand, a estimé qu'il "y a aujourd'hui un vrai risque de guerre civile" en France. "Le président de la République doit tout faire pour l'éviter, et cela passe avant tout par la fin de l'impunité. Toute sanction doit voir une peine au bout, rapidement", a-t-il déclaré.

Le président de la région Hauts-de-France a ajotué que "vous avez des gangs, des bandes qui se battent avec des kalachnikovs, et ce ne serait pas une guerre civile ? Vous avez pendant ce temps-là des gens qui rentrent chez eux en rasant les murs, en baissant la tête, en espérant pouvoir rentrer tranquillement ou que leurs femmes et leurs enfants ne soient pas importunés". Malgré cela, il a regretté que "nous avons un président qui n'a jamais pris la mesure de l'insécurité dans notre pays et des violences."

Alors qu'Eric Zemmour partage le même constat, l'ancien membre des Républicains a tenu à se démarquer du polémiste. "Pour l'instant, la seule chose que j'ai retenue, c'est qu'il va falloir changer le prénom des enfants, ou interdire certains prénoms. Ça a vraiment sa place dans le débat politique ? C'est ça qui va faire en sorte que les Français vivent en paix, de leur travail, que leur vie soit moins difficile ?", a-t-il ironisé. Xavier Bertrand a encore affirmé que, contrairement à Eric Zemmour, il se "battrait" contre tous ceux qui feront l'"amalgame" entre "les musulmans et les islamistes". "On a parlé de guerre civile, elle peut aussi venir avec cette question religieuse", a-t-il dit.

À Lire Aussi

Ma Gauche à moi et le Service Public de l’audiovisuel
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !