Pakistan : un chrétien de 14 ans brûlé vif par des musulmans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nauman Masih se trouve entre la vie et la mort.
Nauman Masih se trouve entre la vie et la mort.
©

Horreur

Pakistan : un chrétien de 14 ans brûlé vif par des musulmans

Grâce à l'aide des passants qui sont parvenus à éteindre les flammes et à mobiliser les secours, le jeune Nauman est encore en vie.

Selon les informations rapportées par l'agence "Fides", un jeune chrétien pakistanais est entre la vie et la mort à l'hôpital de Lahore, après avoir été brûlé vif en pleine rue. Vendredi 10 avril, Nauman Masih, âgé de seulement 14 ans, aurait croisé la route de jeunes musulmans qui se rendaient à la mosquée. Après avoir pris connaissance de la confession du jeune adolescent, ces derniers l'auraient roué de coups, puis aspergé d'essence, avant de le brûler vif et de le laisser pour mort, rapporte "Fides".

Grâce à l'aide des passants qui sont parvenus à éteindre les flammes et à mobiliser les secours, le jeune Nauman est encore en vie. Malgré son état critique, il a tout de même pu livrer un témoignage. Selon lui, ses agresseurs (qu'il ne connaissait pas) on agi uniquement car il est chrétien. 

Cité par l'agence "Fides, le directeur de l’ONG Claas, Nasir Saeed, a déclaré : "Nous sommes dans une situation déplorable. Si un chrétien innocent peut être brûlé par des extrémistes sans aucun motif, alors la haine contre les chrétiens a atteint un niveau très dangereux. Les chrétiens vivent dans une peur constante pour leur vie, malgré les assurances du Premier minsiter Nawaz Sharif".

Défenseur des droits de l’homme et lui aussi chrétien, l'avocat Sardar Mushtaq Gill a quant à lui déploré un " un grave épisode de haine religieuse", assurant qu'il avait adressé un rapport au Premier ministre du Penjab, Shahbaz Sharif.

 

 

Lu sur Radio Vatican

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !