Merkel : une visite historique à Dachau et une polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Angela Merkel, la chancelière allemande, dépose une gerbe à la mémoire des victimes du nazisme, ici au camp de concentration de Dachau
Angela Merkel, la chancelière allemande, dépose une gerbe à la mémoire des victimes du nazisme, ici au camp de concentration de Dachau
©Reuters

Opportun ?

Merkel : une visite historique à Dachau et une polémique

La chancelière allemande a effectué une visite historique au camp de concentration de Dachau, mardi 20 août. Mais l’opportunité de ce recueillement pose question au niveau de son agenda.

 

"Le souvenir des destins (fracassés des détenus) me remplit d'une tristesse et d'une honte profondes". Voilà en substance ce qu’a pu déclarer Angela Merkel, lors de sa visite mardi 20 août du camp de concentration de Dachau, qui a fait 43 000 victimes sous le régime nazi. La chancelière, lors de son discours, a également ajouté qu’ "en même temps, cet endroit est un avertissement insistant : comment a-t-on pu en arriver en Allemagne à ce qu'on retire le droit de vivre à des gens en raison de leur origine, de leur religion (...) de leur orientation sexuelle ?".

C’était donc la première visite d’un chef de gouvernement allemand dans ce camp situé près de Munich. Si l’intention d’Angela Merkel, née après la fin de la seconde Guerre Mondiale, en 1954, est plus que louable, une polémique enfle quant à la date choisie. Outre-Rhin, les élections législatives ont lieu dans un mois, et la chancelière est candidate à sa réélection briguant par la même occasion un troisième mandat. Et, après sa visite à Dachau, Angela Merkel, poursuivant sa campagne en Bavière, s’est rendue sous une "tente à bières", une traditionl locale, pour un meeting électoral en vue du scrutin régional le 15 septembre, une semaine avant les fameuses élections législatives. Et si comme le titrait le quotidien "Der Spiegel", la chancelière s’était trouvée "au bon endroit au mauvais moment" ?

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !