Les Français continuent de se détourner des partis politiques, selon un nouveau sondage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Selon une enquête Ifop pour la Fondation Jean Jaurès, la désaffiliation politique des Français est à l'origine d'un jeu électoral "imprévisible".
Selon une enquête Ifop pour la Fondation Jean Jaurès, la désaffiliation politique des Français est à l'origine d'un jeu électoral "imprévisible".
©LUDOVIC MARIN / AFP

Défiance

Les Français continuent de se détourner des partis politiques, selon un nouveau sondage

Selon une enquête de l'Ifop pour la Fondation Jean Jaurès, les Français s'éloignent des partis politiques rendant le jeu électoral "imprévisible" et favorisant ainsi l'abstention.

D'après une enquête Ifop pour la Fondation Jean Jaurès, la "désaffiliation politique des Français est à l'origine d'un jeu électoral "imprévisible", réservoir d'une forte abstention", selon des informations de BFMTV. 
Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, la part des sympathisants des partis traditionnels s'effondre.
Alors que le Parti Socialiste et Les Républicains constituaient les principaux pôles de la vie politique jusqu'en 2017, la part de leurs sympathisants respectifs s'est effondrée depuis.
Entre 2013 et 2021, Les Républicains passent de 23% de Français sympathisants à 8%, comme le PS qui bascule de 21% à 8%.
Le chargé d'étude à l'IFOP, Paul Cébille, s'est confié sur les résultats de ce sondage : 
"Cette étude fait apparaître une "balkanisation" de la sympathie partisane des Français avec en parallèle une progression forte de la désaffiliation politique (se traduisant par une spectaculaire hausse de l’abstention) qui crée une nouvelle 'manne électorale' instable pour les candidats aux différentes élections. Le jeu électoral s’en trouve bouleversé et devient de plus en plus imprévisible".
Les partis traditionnels parviennent néanmoins à résister à chaque élection locale (municipales, départementales et régionales).
D'après cette étude, l'instabilité du champ politique est liée à une part croissante de personnes interrogées qui disent ne se rattacher à aucune formation politique existante, malgré les douze choix proposés dans l'étude. Cette proportion des "sans préférence partisane" progresse de 20 points entre le début du quinquennat et l’été 2019 (30%).
Cette désaffiliation d'un tiers des Français pourrait jouer un rôle dans l'abstention. 
Concernant la réalité des partis politiques, un socle "non négligeable et stable" de Français maintient son rattachement partisan à LaREM: 13% à l’été 2019 et 15% à l’été 2021. La formation politique d'Emmanuel Macron "apparaît désormais comme l’une des principales forces politiques du pays", selon les résultats de cette étude.
Le Rassemblement National semble avoir été "épargné" par la mutation du système partisan français en restant stable (autour de 13%-11% des citations). 
BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !