La France insoumise envoie un questionnaire étonnant aux journalistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La France insoumise envoie un questionnaire étonnant aux journalistes
©Capture vidéo RMC

Transparence

La France insoumise envoie un questionnaire étonnant aux journalistes

La France insoumise de Tour a interpellé une cinquantaine de journalistes afin de leur demander notamment leurs salaires...

Une cinquantaine de journalistes - parmi lesquels Jean-Michel Apathie, Claire Chazal, David Pujadas, Jean-Jacques Bourdin, François Lenglet, Jean-Pierre Pernaut ou encore Cyril Hanouna - ont reçu un drôle de questionnaire ce mercredi 31 janvier. Il a été envoyé par la section de la France insoumise de Tours qui voulait connaître les conditions d'exercice de leur métier comme leur appartenance ou non à un parti politique, leur lien avec des entreprises, le statut de leurs collaborateurs ou encore… leur salaire, révèle Le Capital, dont le rédacteur en chef adjoint, Christophe David, a également reçu ce fameux mail.

"Réclamer un minimum de transparence"

Pierre Bitoun, le militant qui pilote l’opération, a affirmé au journal économique que Jean-Luc Mélenchon n’est pas derrière cette action, et que le groupe de Tours "n’a pas besoin de demander l’aval du chef" pour prendre ce type d’initiative. "Ce n’est pas une inquisition, on n’est pas au fisc", indique-t-il.

Et d'expliquer la démarche de la section tourangelle : "Ce sont des journalistes qui ont un rôle assez important dans les médias dominants et donc une certaine influence sur l’opinion. C’est important qu’on sache d’où ils parlent".

Une manière "pour réclamer un minimum de transparence (de la part des journalistes) de la même manière qu’on la réclame aux personnalités politiques". Les réponses des journalistes "en vue" devraient être rendues publiques par les militants, précise Le Capital. Un débat avec les journalistes locaux sur le thème de la précarité devrait également avoir lieu. 

Lu sur Le Capital

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !