L’Allemagne rompt avec sa politique et va livrer des armes en grande quantité à l'Ukraine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Olaf Scholz pose pour les médias après l'enregistrement d'un discours télévisé à la chancellerie de Berlin. 24 février 2022
Olaf Scholz pose pour les médias après l'enregistrement d'un discours télévisé à la chancellerie de Berlin. 24 février 2022
©MARKUS SCHREIBER / POOL / AFP

Volte-face

L’Allemagne rompt avec sa politique et va livrer des armes en grande quantité à l'Ukraine

L’Allemagne va livrer 1000 lances-roquettes , 500 missiles Sol-air et des obusiers à l’Ukraine

C’est historique. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, l'Allemagne se refusait à livrer des armes « létales » dans les zones de conflit. Très critiquée depuis le début de la guerre en Ukraine, l’Allemagne rompt avec sa position et décide également d’exclure partiellement Moscou de la plate-forme de paiement Swift.

« L'agression russe contre l'Ukraine marque un changement d'époque, elle menace l'ordre établi depuis l’après-guerre », a justifié le chancelier Olaf Scholz dans un communiqué. « Dans cette situation il est de notre devoir d'aider l'Ukraine autant que nous pouvons à se défendre contre l'armée d'invasion de Vladimir Poutine », a-t-il ajouté.

Ces livraisons vont être effectuées par les Pays-Bas pour les lances-roquettes et les missiles et par l’Estonie pour les obusiers. Les deux pays avaient déjà acquis ces équipements auprès de Berlin mais avaient besoin d’un feu vert pour les réexporter à Kiev. Le gouvernement allemand a également fait savoir qu’il allait acheminer 14 véhicules blindés et 10 000 tonnes de carburant.

À Lire Aussi

Ukraine : in fine, qui de la Russie ou l’Occident perdra vraisemblablement le plus ?
BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !