Incidents au Stade de France : l'organisation a été défaillante, les autorités se renvoient la balle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Amélie Oudéa-Castéra
Amélie Oudéa-Castéra
©Capture d'écran RTL

Faits divers

Incidents au Stade de France : l'organisation a été défaillante, les autorités se renvoient la balle

Fâcheux ratage avant la Coupe du monde de rugby et les prochains Jeux olympiques

Réunion de crise ce lundi matin, après les désordres qui ont perturbé samedi soir, l'accès au Stade de France, lors de la finale de la Ligue des Champions. les diverses autorités se renvoient la responsablité de ce dérapage.

La finale entre le Real Madrid et Liverpool a débuté avec 36 minutes de retard samedi, du fait de perturbations aux abords du Stade de France. Filtrage du stade forcé, usage de gaz lacrymogène et grilles escaladées, supporters toujours à l'extérieur du stade au coup d'envoi.

Selon la ministre des sports qui s'expriait sur RTL : "«Il y a eu d'abord cet afflux de supporters britanniques du club de Liverpool sans billets ou avec des billets falsifiés.» Ce qui, a-t-elle expliqué, a créé «un amas de 30 à 40.000 personnes». En a résulté «une pression exceptionnelle» sur les forces de sécurité «qui ont eu les pires difficultés à maîtriser les flux»."

La ministre des Sports réunit, ce lundi depuis 11 heures, les organisateurs de la finale entre Liverpool et le Real Madrid, la police et les autorités locales afin de "tirer les leçons" des dysfonctionnements qui ont eu lieu samedi soir. Seront présents, aux côtés de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera, l'UEFA et la Fédération française de football, ainsi que des représentants du Stade de France, de la Préfecture de police de Paris, de la Préfecture de Seine-Saint-Denis et de la mairie de Saint-Denis.

«Gérald Darmanin sera là avec moi. Le but est d'établir les responsabilités qui sont plurielles» a indiqué la ministre sur RTL ce matin.

Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a évoqué sur France Info la réunion "au ministère des Sports pour discuter avec l'UEFA, la FFF, le Stade de France, de l'organisation et ce problème, qui est le fait déclencheur, à savoir les faux billets en nombre qui ont été vendues sur le marché noir. Il y a eu des désorganisations, des dysfonctionnements qu'il faut analyser pour en tirer les conclusions pour que cela ne se reproduise pas."

La porte-parole a ajouté "Il y avait beaucoup, beaucoup de supporters britanniques, environ 70 000 à Paris, alors qu'il n'y avait que 20 000 places qui leur avaient été vendues. On a créé des fanzones dans Paris pour pouvoir les accueillir. Cela a très bien fonctionné. Il n'y a eu aucun incident".

La deuxième chose, c'est effectivement aux abords immédiats du stade, le système de pré-filtrage qui a été mis en place par la Fédération française de football n'a pas fonctionné par ce que les personnes se présentaient avec un billet pour la plupart imprimé. Donc les stadiers laissaient passer ces personnes, et quand elles arrivaient au moment du scan du billet, on s'apercevait que le billet était faux, acheté au marché noir et qu'elles ne pouvaient donc pas rentrer. Ça a entraîné effectivement des mouvements de foule considérables." 

RTL a la dent dure ce matin : "Y-a-t-il un ou des responsables de ce bazar ? Tout le monde se planque ! Alors que ce n’est avant tout qu’une question d’image. Une question d’image, parce qu’il n’y a pas eu de blessé, pas eu de morts, pas de drame… Juste des images catastrophiques. Nous avons vu des jeunes de Seine-Saint-Denis qui dépouillent des supporters, des supporters qui forcent les passages avec de faux billets, des agents de sécurité totalement débordés, des forces de l’ordre, policiers et gendarmes qui ont le gaz lacrymogène ou la matraque bien trop facile."

Le Monde est lui aussi très critique : "Unis dans cette faillite, pouvoirs publics et organisateurs de la rencontre l’ont également été dans leur communication – ou leur silence, dans le cas du consortium Stade de France, qui gère l’intérieur de l’enceinte sportive. Malgré les vidéos accablantes et les photos navrantes et contre l’évidence, les supporteurs britanniques ont été pointés du doigt comme les seuls responsables du fiasco."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !