Guerre en Ukraine : la spirale de l’échec se poursuit pour la Russie sur le front à Kharkiv | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Cette photographie, prise le 13 mai 2022, montre un char endommagé sur une route près du village de Vilkhivka à l'est de Kharkiv, lors de la guerre en Ukraine.
Cette photographie, prise le 13 mai 2022, montre un char endommagé sur une route près du village de Vilkhivka à l'est de Kharkiv, lors de la guerre en Ukraine.
©SERGEY BOBOK / AFP

Défaite sévère pour la Russie ?

Guerre en Ukraine : la spirale de l’échec se poursuit pour la Russie sur le front à Kharkiv

Après avoir repoussé les troupes russes de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, les forces de Kiev affirment désormais avoir également repris du terrain dans cette région.

Les forces ukrainiennes ont repoussé les troupes russes et repris le contrôle d'une partie de la frontière avec la Russie dans la région de Kharkiv, au nord-est, ont annoncé ce lundi les autorités ukrainiennes. Les troupes ukrainiennes auraient atteint la frontière avec la Russie après avoir contre-attaqué près de la ville de Kharkiv, la deuxième plus grande ville d'Ukraine qui abrite 1,4 million d'habitants.

« Le 227e bataillon de la 127e brigade de la défense territoriale des forces armées de Kharkiv a expulsé les Russes et s'est installé à la frontière », selon les autorités ukrainiennes sur les réseaux sociaux, avec la publication d’une vidéo de soldats armés devant un poteau-frontière peint en jaune et bleu, aux couleurs du drapeau ukrainien.

« Nous sommes fiers de nos soldats qui ont restauré le panneau frontalier. Nous remercions tous ceux qui, au péril de leur vie, libèrent l'Ukraine des envahisseurs russes », a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Sinegoubov.

« L'incapacité de la Russie à prendre le contrôle de Kharkiv doit être considérée comme une défaite pour le pays », selon le général Richard Barrons, ancien commandant du Commandement des forces conjointes du Royaume-Uni, cité par la BBC.

« C'était juste un objectif bien trop grand pour l'armée russe », selon les mots du général Richard Barrons à l'émission Today de Radio 4, ajoutant que la Russie « n'a pas les chiffres, la volonté ou les compétences nécessaires pour prendre de grandes villes ».

Richard Barrons s’est confié sur la stratégie militaire et les difficultés rencontrées par les Russes à Kharkiv :

« Quand [les Russes] se sont retrouvés coincés à la périphérie, c'est devenu une cible plus facile pour une contre-attaque ukrainienne très agressive et réussie, et essayer de s'asseoir autour de Kharkiv est devenu beaucoup moins important que le combat en cours dans le Donbass ».

L’objectif des troupes russes est maintenant de progresser dans l'Est du pays.

Le conseiller présidentiel ukrainien Oleksiï Arestovich avait indiqué dimanche soir que les Russes transféraient des troupes de la région de Kharkiv à celle de Lougansk, dans le Donbass, vers le sud-est, dans le but de prendre la ville de Severodonetsk.

Moscou semble donc s’être rabattu sur un objectif plus restreint : la « libération », la prise des régions administratives de Lougansk et Donetsk, les deux oblasts ukrainiens qui constituent le Donbass, dont les séparatistes prorusses contrôlaient 40% avant-guerre et dont Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance.

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !