Front national : "Parfois, ils disent des choses justes", estime Nicolas Dupont-Aignan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Front national : "Parfois, ils disent des choses justes", estime Nicolas Dupont-Aignan
©Reuters

Positionnement

Front national : "Parfois, ils disent des choses justes", estime Nicolas Dupont-Aignan

"Je refuse toute alliance. Je suis candidat, et c’est la première fois qu’il va y a avoir à la présidentielle un programme patriote structuré qui n’est pas du Front national", assure le candidat de "Debout la France".

Invité au micro d'Europe 1 vendredi 13 janvier, Nicolas Dupont-Aignan a évoqué les idées du Front national, regrettant que lui soit souvent attribuée une proximité idéologique "caricaturale" avec le parti de Marine Le Pen.  

"Ce sont les médias qui la créent. Quand on défend la France, immédiatement, on est caricaturé FN", déplore le candidat de "Debout la France". 

"On n'a pas le droit d’aimer la France. Vous savez pourquoi ? Parce que l’on veut nous enfermer : soit vous êtes le FN qui fait peur, soit vous êtes des moutons. Et bien je revendique ma liberté !", a-t-il poursuivi. 

>>>> À lire aussi : Congrès de Debout la France : comment Nicolas Dupont-Aignan est devenu un autre homme

"Je veux un patriotisme humain, gaulliste", a répété Nicolas Dupont-Aignan, avant d'attribuer au Front antional "des excès même si, parfois, ils disent des choses justes".

"Quand Valls dit des choses exactement comme Marine Le Pen, personne ne lui dit : ‘vous allez vous allier’", a-t-il également observé. 

"Je refuse toute alliance. Je suis candidat, et c’est la première fois qu’il va y a avoir à la présidentielle un programme patriote structuré qui n’est pas du Front national (…) Vous allez voir que ça va changer ! (…) Je me bats pour offrir autre chose aux Français. Je ne vais pas me mettre dans une situation qui n’arrivera pas : les Français ne veulent plus de ceux qui nous gouvernent, mais ils ne veulent pas non plus du FN", a conclu le candidat de "Debout la France". 

>>>> À lire aussi : Le jeu des 7 différences entre le Front national et Jean-Luc Mélenchon (mais surtout celui des 99 ressemblances...)

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !