La fertilité des femmes affecte le langage des hommes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La fertilité des femmes
affecte le langage des hommes
©

Bla bla bla

La fertilité des femmes affecte le langage des hommes

Plus une femme est féconde, plus un homme utilise un langage différent de celui de son interlocutrice. Les chercheurs estiment que ce comportement masculin permettrait de mettre en avant leur créativité. Une qualité prisée par ces dames.

La séduction entre un homme et une femme reste encore un phénomène complexe, et en partie inexpliqué, par de nombreux scientifiques. On savait déjà que les phéromones, à cause de leurs propriétés attractives, jouent un rôle déterminant. 

La communication et le langage auraient aussi leur importance. Des travaux ont déjà montré que des personnes proches (amants, amis, membres d'une fratrie…) communiquaient en employant des phrases dotées d’une même structure, d’un vocabulaire identique et parlaient avec un débit similaire. A l'inverse, plus notre relation avec une personne est distante, plus ces paramètres varient.

Des chercheurs de l’université de Floride viennent de renforcer cette thèse, en montrant que la divergence verbale est plus grande de la part des hommes quand les femmes sont fertiles.

L'expérience s'est déroulée ainsi : des jeunes hommes constituaient le panel de sujets. Face à chacun d’eux, des jeunes femmes qui ne prenaient pas la pilule contraceptive et dont le cycle menstruel était suivi afin d'estimer leur fertilité à chaque période du test.

Placés face à face, les deux protagonistes devaient décrire en une phrase, en utilisant un verbe particulier et à tour de rôle, des images devant eux. Dans la moitié des cas, les dessins permettaient de formuler les phrases de deux façons différentes. Par exemple : « le capitaine transmet un message à son second » ou « le capitaine transmet à son second un message ». Les femmes commençaient et les hommes enchaînaient.

Bilan : plus les femmes étaient fécondes, plus les hommes employaient la structure syntaxique que n’avait utilisée l’expérimentatrice. À l’opposé, lorsque les femmes étaient les moins fertiles, la correspondance entre les deux langages était la plus élevée.

Pour expliquer ce phénomène, les auteurs de l'étude émettent l'hypothèse suivante : les hommes savent ressentir la période de fertilité des femmes. En utilisant un langage très différent de leur interlocutrice, ils augmenteraient ainsi leurs chances d'accouplement en montrant leur créativité, qui favoriserait le succès reproducteur.

Lu sur Plos One

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !