Etats-Unis : Pfizer veut demander l'autorisation de son vaccin anti-Covid-19 pour les moins de 5 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pfizer
Pfizer
©JOEL SAGET / AFP

Coronavirus

Etats-Unis : Pfizer veut demander l'autorisation de son vaccin anti-Covid-19 pour les moins de 5 ans

 Il y a plus de 19 millions d'Américains de moins de 5 ans.

Pfizer et son partenaire BioNTech devraient demander à la Food and Drug Administration d'autoriser un vaccin contre le coronavirus pour les enfants de moins de 5 ans sous la forme d'un schéma à deux doses tout en continuant à faire des recherches sur l'efficacité de trois doses selon le New York Times.

Les régulateurs fédéraux sont impatients d'examiner les données dans l'espoir d'autoriser les injections pour les jeunes enfants en urgence dès la fin février. car les études Pfizer-BioNTech ont montré que deux doses offraient un niveau notable de protection contre Covid-19 sans aucun problème de sécurité

Si Pfizer attendait des données sur un schéma à trois doses, les données ne seraient pas soumises avant la fin mars et le vaccin pourrait ne pas être autorisé pour ce groupe d'âge avant la fin du printemps.

Les responsables fédéraux et les dirigeants de Pfizer suggéraient depuis des jours qu'une demande d'autorisation d'urgence d'un vaccin pour les enfants aussi jeunes que 6 mois était en préparation. Chaque groupe d'âge au-dessus de celui-ci est éligible aux injections, et la variante hautement contagieuse d'Omicron a entraîné une forte augmentation des infections à tous les âges, y compris les enfants . Il y a plus de 19 millions d'Américains de moins de 5 ans.

"Malheureusement, nous constatons que les taux d'hospitalisations augmentent pour les enfants de 0 à 4 ans, des enfants qui ne sont pas encore actuellement éligibles à la vaccination contre le Covid-19", a déclaré aux journalistes le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !