Economie : Pfizer renonce à sa fusion à 160 milliards de dollars avec Allergan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Economie : Pfizer renonce à sa fusion à 160 milliards de dollars avec Allergan
©The Economist

Mariage annulé

Economie : Pfizer renonce à sa fusion à 160 milliards de dollars avec Allergan

De nouvelles réglementations rendent la fusion inintéressante fiscalement.

C'était un "deal" important et la plus grosse opération de "tax inversion" de l'histoire. Pfizer, le géant américain des pharmaceutiques, voulait racheter Allergan, irlandais, qui est notamment le fabricant du botox, le produit à base de toxine botulique utilisé dans la chirurgie esthétique, dans une opération valorisée à 160 milliards de dollars. Après plusieurs semaines de suspense, le mariage est finalement annulé.

Pour quelle raison ? La motivation de la fusion n'était pas liée à une stratégie d'entreprise, mais à une stratégie fiscale. Pfizer-Allergan était l'exemple le plus gros d'une nouvelle pratique appelée "tax inversion". L'idée est simple : une entreprise américaine rachète ou fusionne avec une autre entreprise qui a son siège dans une juridiction fiscale plus avantageuse, et met son siège fiscal dans la juridiction en question, et paye ainsi moins d'impôts. Pfizer avait prévu d'économiser 1 milliard de dollars par an--une paille--simplement grâce aux conséquences fiscales du montage juridique. 

La pratique des "tax inversion" se répendant de plus en plus, l'Administration Obama a décidé de les contrecarrer, non en rendant la fiscalité des entreprises plus avantageuses, mais en rendant ce genre d'opérations plus difficiles. Pour pouvoir changer son siège de domiciliation, une entreprise devait atteindre un certain seuil d'actions détenues par l'entité étrangère achetée ; par une règle administrative, le ministère des Finances de Barack Obama a étendu la période sur laquelle ces seuils doivent être atteints à 3 ans. Selon Reuters, cette décision semble avoir été prise précisément pour saboter la fusion Pfizer-Allergan, même si elle pourrait rendre d'autres opérations similaires plus compliquées.

Le taux marginal d'impôts sur les sociétés aux Etats-Unis est un des plus élevés au monde, à 39,1 %, contre 33,3 % en France et 12,5 % en Irlande, où est basée Allergan. 

A LIRE AUSSI : G20 anti-évasion fiscale : à quels impôts les sociétés arrivent-elles à échapper en faisant de l’optimisation ou de l’évasion fiscale ?

Vu sur CNBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !