Des commerçants parisiens réclament la réouverture d’une voie de circulation rue de Rivoli | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des cyclistes roulent sur des pistes cyclables le long de la rue de Rivoli à Paris, le 30 juillet 2020.
Des cyclistes roulent sur des pistes cyclables le long de la rue de Rivoli à Paris, le 30 juillet 2020.
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Commerçants excédés

Des commerçants parisiens réclament la réouverture d’une voie de circulation rue de Rivoli

La rue de Rivoli a perdu de nombreux commerçants ces derniers mois, en raison de la piétonnisation de la rue et de la crise sanitaire

Dans son magasin de chaussures de luxe situé dans une petite rue perpendiculaire à celle de Rivoli, Sophie Engster affirme qu'elle a perdu des clients. « On est dans un quartier qui a été très touché par le coronavirus puisque c'est un quartier très touristique. Et avec ce changement de circulation, on a des clients qui ont du mal à accéder à la boutique. Il y en a qui préfèrent qu'on les livre directement plutôt que de passer parce qu'ils ont eu des mauvaises expériences ou elles ont été parfois dans des embouteillages pendant plus d'une heure », déplore la directrice générale de la société Chamberlan au micro de BFM Paris-Île-de-France.

La fédération des associations d'artisans et de commerçants parisiens (FACAP) a monté un projet pour ouvrir au moins une file aux voitures. « Il y a 30 à 40% de chiffres d'affaires de certains commerces qui viennent de clients banlieusards, et ça ce n'est pas négligeable. Tous ces gens-là, il faut qu'ils puissent venir dans nos commerces », explique son président, Thierry Véron. Pour cela, il « qu'au moins une file de voiture » soit proposée et remise en circulation rue de Rivoli, estime-t-il. 

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !