Depuis 2008, la France aurait versé 58 millions de dollars de rançons | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Depuis 2008, la France aurait versé 58 millions de dollars de rançons
©

Enquête

Depuis 2008, la France aurait versé 58 millions de dollars de rançons

Dans une enquête publiée par le New York Times, le quotidien américain assure que la France est championne du monde en ce qui concerne les paiements des rançons. Ce que la France a toujours démenti.

L’Etat français ne verse pas de rançon pour la libération de ressortissants pris en otage. Voilà pour la version officielle. Une version répétée très récemment,  le 26 avril dernier, après la libération des 4 journalistes français enlevés en Syrie suivie, dans la foulée, d’accusations de l’hebdomadaire allemand Focus du versement d’une rançon de 18 millions de dollars à leurs ravisseurs.

Pourtant, cette ligne est aujourd’hui mise à mal. En effet, dans une enquête publiée sur son site, le quotidien américain The New York Times assure que la France est très généreuse dans ce domaine et aurait versé environ 58 millions d’euros depuis 2008, faisant de l'hexagone le champion du monde du paiement de rançons.

Comme le souligne lefigaro.fr, le montant des personnes prises en otage a flambé en une décennie. Là où les ravisseurs exigeaient en moyenne 200 000 dollars par personne, aujourd’hui, le montant demandé avoisine les 10 millions de dollars.

Citée dans l’enquête du quotidien américain, Vicki Huddleston, Secrétaire d’Etat assistant des Etats-Unis en charge des questions africaines assure que les Etats européens mènent une politique "à double face" : "Ils payent des rançons, puis nient les avoir payées. Le danger, ce n'est pas seulement de renforcer les groupes terroristes, c'est aussi de rendre nos ressortissants vulnérables."

Lu sur leparisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !