Covid-19 : faut-il prévoir une troisième dose pour les personnes les plus fragiles ? L'Allemagne l'a décidé, la France pas encore | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
vaccination covid-19
vaccination covid-19
©Jeff J Mitchell / POOL / AFP

Coronavirus

Covid-19 : faut-il prévoir une troisième dose pour les personnes les plus fragiles ? L'Allemagne l'a décidé, la France pas encore

L’Allemagne vient d’annoncer un rappel vaccinal pour les personnes âgées et vulnérables à partir du 1er septembre

La France doit-elle agir pour « ceux qui, vaccinés les premiers, c’est-à-dire en janvier-février, verront prochainement leur taux d’anticorps baisser, leur immunité diminuer » comme l'a évoqué Emmanuel Macron le 12 juillet dernier s'interroge Le Monde.

"S’agit-il seulement des résidents d’Ehpad qui ont inauguré la campagne vaccinale dès la fin décembre 2020 ? Doit-on également compter les personnes âgées de 75 ans et plus ? Ou celles souffrant de comorbidités dès l’âge de 50 ans ? « Les arbitrages ne sont pas encore rendus, mais devraient l’être d’ici à la mi-août », explique le ministère de la santé, citant toutefois l’avis du conseil scientifique publié le 6 juillet. Dans cette note, les experts visent clairement « les personnes de plus de 80 ans résidant en Ehpad ou à domicile, ainsi que les patients immunodéprimés au sens large ». C’est-à-dire environ 5 millions de personnes, selon le ministère" analyse Le Monde.

L’Allemagne a tranché et vient d’annoncer un rappel vaccinal pour les personnes âgées et vulnérables à partir du 1er septembre.

Des études montrent en effet une baisse précoce du niveau d’anticorps chez les personnes âgées ou très à risque de contracter une forme grave du Covid-19, ce qui pourrait plaider en faveur d’un rappel pour ces populations

« Le but d’une troisième dose est d’abord d’empêcher que les personnes âgées et comorbides contractent des formes graves du Covid-19 et saturent l’hôpital ; et ensuite d’éradiquer le virus, grâce à la production d’anticorps neutralisants capables de bloquer la circulation virale », conclut, cité par Le Monde, Matthieu Mahévas, un des quatre chercheurs français qui ont publié une étude le 4 mars dans Cell.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !