Chat écrasé par un train à la gare Montparnasse : la Fondation 30 Millions d'Amis porte plainte contre la SNCF | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La Fondation 30 Millions d'Amis va porter plainte contre la SNCF après que des propriétaires d'un chat ait vu leur animal de compagnie se faire écraser par un train à la gare Montparnasse.
La Fondation 30 Millions d'Amis va porter plainte contre la SNCF après que des propriétaires d'un chat ait vu leur animal de compagnie se faire écraser par un train à la gare Montparnasse.
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Défense des animaux

Chat écrasé par un train à la gare Montparnasse : la Fondation 30 Millions d'Amis porte plainte contre la SNCF

L'avocat de la Fondation a dénoncé un « acte de cruauté » envers l'animal qui s’était réfugié sous un train. « C'est un passager de la SNCF qui a été sciemment écrasé », a estimé la présidente de la Fondation, Reha Hutin, indiquant que l'animal disposait de son propre billet.

Après la fuite de leur chat sur les rails à la gare Montparnasse, une femme et sa fille ont imploré des agents de la SNCF d’intervenir pour récupérer leur animal au début du mois de janvier. La compagnie ferroviaire n’a pas attendu que l'animal quitte les voies et le train a été autorisé à partir. Le chat est mort écrasé. La Fondation 30 Millions d’Amis a condamné fermement l’attitude de la SNCF. La Fondation a annoncé ce lundi porter plainte contre la SNCF « pour actes de cruauté », estimant que l'entreprise n'a pas réagi pour sauver l'animal. Un « manque d'empathie aberrant », alors que le chat en question était clairement en danger.

« Au-delà de la cruauté abominable des faits, l'animal était en règle puisque ses maîtresses s'étaient acquittées d'un billet pour qu'il puisse voyager en toute légalité. C'est donc un passager de la SNCF qui a été sciemment écrasé ! », a dénoncé la présidente de la Fondation, Reha Hutin.

L’organisation va porter plainte contre la SNCF pour « sévices graves et actes de cruauté ayant entraîné la mort d'un animal ».

Cette affaire est intervenue au début du mois de janvier. Attendant sur un quai de la gare Montparnasse pour embarquer dans leur train, une mère et sa fille de 15 ans ont vu leur chat s'enfuir de la caisse dans laquelle il se trouvait. L’animal s’est réfugié sous un train. Les propriétaires ont alerté des agents de la SNCF, qui leur interdisent de sauver l'animal et ne vont pas eux-mêmes le chercher. Quelques dizaines de minutes plus tard, le TGV part, et le chat a été coupé en deux par les rames. Après sa mort, les contrôleurs proposent à la mère de récupérer le corps du chat.

Cette histoire, un «triste incident», selon la SNCF, rappelle qu'il est « formellement interdit de descendre sur les voies, ce qui mettrait en danger la vie des deux voyageuses ou de nos agents ».

Les deux propriétaires du chat ont indiqué à 30 Millions d'Amis espérer que leur tragédie n'arrivera jamais « à d'autres personnes ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !