Catholicisme : l'Église encadre les règles de la crémation pour les funérailles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Catholicisme : l'Église encadre les règles de la crémation pour les funérailles
©REUTERS/POOL

Exspecto resurrectionem mortuorum

Catholicisme : l'Église encadre les règles de la crémation pour les funérailles

Traditionnellement, l'Église préfère l'enterrement. La crémation est autorisée, mais uniquement de manière encadrée.

L'Église catholique autorise la crémation des morts, mais selon de strictes règles : les cendres doivent être gardées dans un endroit secret, ne peuvent être réparties entre membres de la famille, dispersées dans l'air, sur la terre ou à la mer, ou préservées dans des bijoux, précise un nouveau document de la Congrégation de la doctrine de la foi, Ad resurgendum cum Christo, l'institution du Vatican chargée de la doctrine. 

Pendant presque tous les 2000 ans de son histoire, l'Église n'autorisait que l'enterrement. En effet, cette pratique symbolise un élément central de la foi catholique : la Résurrection des morts, la doctrine selon laquelle à la fin des temps les morts seront ramenés à la vie avec des corps glorieux, similaires à ceux du Christ après sa propre Résurrection. Dans la théologie catholique, le corps est une composante essentielle de la personne humaine, au même titre que l'esprit et l'âme, et choisir l'enterrement plutôt que la crémation symbolise ce respect du corps. Pendant des siècles, l'Église a combattu des "hérésies" comme le docétisme ou le gnosticisme qui rejetaient d'une manière ou d'une autre la bonté du corps, ou plus généralement du monde matériel. 

Citant la Bible, le droit canon et les précédents documents du Magistère de l'Église à ce sujet, le nouveau document du Vatican affirme que l'Église préfère l'enterrement "par-dessus tout" parce que c'est "le moyen le plus apte d'exprimer la foi et l'espoir en la Resurrection du corps" et que l'enterrement montre "une plus grande estime" envers le défunt. 

En 1963, l'Église a autorisé la crémation, à la condition que cette option ne soit pas choisie pour symboliser un rejet d'une doctrine chrétienne, signale l'Associated Press. Aujourd'hui, cette instruction précise ces règles. En effet, l'Église considère que de "nouvelles idées contraires à la foi" sont "devenues répandues", des idées plus ou moins "New Age" comme l'idée que la mort est une "fusion" avec "Mère Nature" ou l'Univers, ou une "libération" de la "prison du corps". 

Ainsi, si le défunt a, de manière "notoire", demandé "la crémation et la dispertion des cendres pour des raisons contraires à la foi chrétienne, un enterrement chrétien doit être refusé à cette personne selon les normes du droit canon." 

Lors de la conférence de presse d'annonce du document, le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation, a déclaré qu'il "est raisonnable de croire que dans un avenir proche la crémation sera vue comme une pratique commune dans de nouveaux pays", et que l'Église devait donc préciser ses règles à ce sujet. 

Lu sur le National Catholic Register

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !